Comment réussir sa vie professionnelle ? Ce qu’on n’apprend pas à l’école !





Ah enfin diplômé et peut-être encore plein d’étoiles dans les yeux,

excité par la nouvelle vie qui t’attend ?

Un salaire généreux qui va te permettre de prendre toute ton indépendance ?

Prêt à conquérir le monde et à mettre toutes les chances de ton côté pour réussir ta vie professionnelle ?

C’est bien !

Comme moi à l’époque...

Seulement voilà, tout ne se passe pas nécessairement toujours comme on l’imagine…

Tu as fait des études, avec une certaine idée de ce que pourrait être ta carrière professionnelle, ton salaire.

Et puis, tu décroches ton premier emploi, la tête remplie d’attentes, d’espoir, de certitudes. Souvent ternies par beaucoup de déceptions.

Notamment par des prétentions salariales irréalistes (Attentia Graduates Remuneration Survey 2015)

Pour couronner le tout, il est prouvé que deux jeunes sur trois en France s’estiment mal préparés à la recherche de leur premier emploi.  

Tu en fais sûrement parti.

Comment je le sais ?

Parce qu’au-delà des programmes de cours standardisés, on ne t’a pas donné les « clés » pour entrer dans le monde.

Alors que tu t’apprêtes à rentrer dans le monde professionnel ou à faire le grand écart entre deux projets professionnels, j’aimerais te partager quelques astuces dont tu auras forcément besoin.

Et que tu as sans doute zappé en salles de cours. Et que tu n’auras pas entendu en salle de cours.

Pour une raison simple, c’est que ce cours n’est proposé nulle part,.

Si tu veux commencer ta vie pro avec les meilleures cartes en mains, cet article est pour toi.


diplome premier job

L’école de la vie face à l’école de Jules Ferry

Parce que tu t'es forcément posé la question un jour : « à quoi ça va me servir dans la vie ? ». Aujourd’hui que tu débarques dans la vie active, ne regrettes-tu pas cette phrase ? Ne souhaiterais-tu pas revenir en arrière en sachant tout ce que tu sais à présent, afin de mieux te préparer ?

Te voilà sorti des cours et des amphis, mais que connais-tu finalement de la vraie vie ? Et sans vouloir plomber l’ambiance, il vaut mieux être bien armé !

Tu n’as pas envie de devenir l’employé trop gentil, celui qui se fait bouffer comme un agneau égaré !

Car au final, ce qui détermine ton avenir professionnel, c’est bien moins ton diplôme que ta capacité d’adaptation, et la connaissance des règles sociales. Je ne cherche pas à te dire que l’école ne sert à rien, bien au contraire. Mais elle ne forme pas de jeunes diplômés prêts pour le marché du travail.

Si on regarde une minute comment fonctionne l'école de près, on voit bien qu’elle est devenue un vestige des générations passées.

La génération de tes parents ou même celle d'avant savait que faire des études permettait d'accéder rapidement à un emploi « à vie ».

Maintenant, tu l’as remarqué, les temps ont changé.

Que tu le perçoives comme une bonne ou une mauvaise chose, ça n'a pas grande importance ici puisqu’il te faut faire avec...

Si l’école a été créée pour instruire et préparer les nouvelles générations à relever les défis de demain, force est de constater qu’aujourd’hui, elle ne fait plus vraiment ni l’un ni l’autre.

Qui dit évolution de la société, dit changement des attentes sur le marché de l’emploi 

Imaginer gagner au jeu de la vie sans en connaître les règles ou pire en jouant suivant des règles dépassées ! Tu te rends compte que cela risque de rendre ton intégration au monde du travail difficile…

Ces codes, je vais t’en parler dans ce qui suit pour déjà t’éclairer sur ce qui t’attend vraiment et ce qu’on ne t’as pas dit sur les bancs de l’école.

En somme, je vais te donner les clés de la réussite professionnelle, que j’aurais aimé avoir lorsque j’ai terminé mes études.

Le système scolaire est devenu une partie intégrante de notre société et c’est tant mieux !

Pourtant, l’école ne prépare pas suffisamment les jeunes, qui se retrouvent démunis à affronter le monde réel.

Peu de stages et fini les jobs d’été pour les moins de 18 ans… Aujourd'hui, beaucoup ne travaillent même pas dans la branche pour laquelle ils ont été formés.

Et nombreux sont ceux qui se prennent une CLAQUE énorme à la sortie de la fac en découvrant ce que le monde du travail leur réserve réellement. (la compétition en entretien, la pression ensuite, le travail les week-ends…)

Et ça, il ne faudra pas compter sur l’école pour t’en parler… Mais ici, oui !

Alors, on va faire le job dans ce qui suit.

« Mais qu’est-ce qu’on t’apprend à l’école ? » 

Si (par chance) tu as déjà été confronté au monde du travail, tu as probablement déjà entendu cette phrase.

Il n’est pas difficile de réussir à l’école en suivant gentiment ses règles : L’école qui donne la priorité aux capacités d’accumulation, plutôt qu’à l’efficacité et la recherche de solutions créatives.

Sais-tu ce que sont devenus le top des étudiants de ta classe que tu as côtoyé au lycée ?

La réalité montre que faire partie du top de classe au lycée est loin d’être un signe de réussite future. « Les étudiants studieux sont les profs de demain ! »

De manière surprenante, ce sont plutôt souvent des profils « moyens » voire « médiocres » (par rapport aux critères rigides de l'école) qui, par pur instinct de survie, font preuve de créativité et développent des compétences recherchées dans le monde professionnel.

C’est comme si tu devais faire ton apprentissage à la dure, une fois sorti de l’école. Certains y arrivent, d’autres ont plus de difficultés à s’adapter et prennent ainsi le risque de planter une carrière professionnelle prometteuse.

Pour éviter que ça n’arrive, la première étape est simple : identifier ce que tu dois savoir !



“The more you learn, the more you earn”

- Warren Buffett


Voici les 7 compétences clés dont tu auras besoin pour te défendre dans le monde réel....


1. Connais-toi toi-même … sais-tu vraiment ce que ça veut dire ? 

Tu as peut-être choisi tes études sur conseils de …, ou parce que tu étais bon en …, et puis au final comme tu ne savais pas trop, tu as suivi le choix de tes potes.

Et au final, tu as peut-être même pas mal réussi…

Là, si on était dans un cartoon, il devrait avoir un énorme panneau warning jaune qui se dresserait devant toi.

Parce qu’à l’heure actuelle, il y a de grandes chances que tu n’aies qu’une idée vague de qui tu es vraiment et de ce que tu veux réellement faire de ta vie.

Si c’est ton cas, pas de panique, ne jette pas de suite ton diplôme par la fenêtre, ni toi avec. !

Il va juste falloir apprendre à bien te connaître et faire les choses dans l’ordre.

Ça c’est la base de tout succès !

Parce que si tu ne te connais pas en profondeur, tu finis à tous les coups au mauvais endroit avec les mauvaises personnes.

Tu veux vraiment jouer à la roulette russe avec ton avenir ?

Au mieux tu te connais, plus grandes sont tes chances de prendre les bonnes décisions pour mener la carrière qui te convient à 100%.

Celle où tu te lèves motivé par une nouvelle journée qui commence et où tu perds la notion du temps parce que tu es dans le flow. Excité par tes idées, par de nouveaux projets.

Ce genre de carrière professionnelle n’arrive pas par hasard, elle est préparée en amont.

Malheureusement, peu de personnes, encore à l’heure actuelle, prennent le temps de réfléchir à ce qu’ils veulent vraiment.

Et de désillusions en désillusions, de job en job, voire de burn out en burn out, ils se retrouvent à 40 ans à faire des formations sur la naturopathie et le codage C++.

La bonne nouvelle pour toi, c’est que tu es prévenu (comme on dit une personne avertie en vaut deux) et tu pourras ainsi t’éviter potentiellement des années de galères professionnelles à te demander comment t’en es arrivé là.

Où en es-tu de ta connaissance de toi-même ?

À ce stade de ta vie,

  • Tu devrais connaître précisément ce qui te passionne professionnellement (et au moins personnellement …) ;
  • Savoir quel grand problème tu voudrais résoudre pour les gens ;
  • Quelles sont tes plus grands talents et compétences (en gros qu’est-ce que tu fais de mieux que la plupart des gens ou des autres étudiants et qu’est ce qui te motive à te lever tôt pour avaler, avec le sourire, un café dégueulasse et tailler la route) ?
  • Quelles sont tes valeurs personnelles, qu’est-ce qui fait vibrer ta corde sensible ?
  • Quel est ton « Pourquoi » dans la vie (je te parle de la raison profonde qui te pousse à faire des choses, pas juste pour la thune donc 😉 )

Pour te donner une idée du niveau de connaissance de toi qu’il te faut atteindre… eh bien disons, que tu devrais être capable d’écrire le film de ta vie.

Attention, pas une biographie, avec ce que tu as fait depuis l’école maternelle mais plutôt ce qui te met en colère, qui sont tes amis, pourquoi ce sont tes amis, ce que tu créais enfant, quels sont tes meilleurs souvenirs, etc.

As-tu déjà questionné ta capacité à encaisser le stress ou la pression ? Car ta réponse t’ouvrira ou te fermera certaines options.

De la même manière, tu peux questionner ton rapport à l’autorité. Tu peux imaginer qu’évoluer au sein d’une structure hiérarchique demande une certaine capacité à ne pas remettre constamment tout en question.

Je pense que tu as compris l’idée…

Tous ces éléments indiquent qui tu es au fond de toi.

Evidemment, cet exercice n’est pas facile pour tout le monde et on a parfois besoin d’un regard extérieur et surtout de l’aide d’un professionnel qui s’y connait vraiment.

Mais une chose est certaine, je le constate depuis plus de 10 ans : une fois que tu as acquis cette connaissance profonde de toi, tous tes choix sont plus faciles et t’amènent à la place faite pour toi.

Et ça, dans une vie ça change tout !

C’est une chose de croire en ses rêves, c’en est une autre de ne pas considérer le chemin nécessaire pour y accéder. Un rêve n’est pas une vulgaire envie !

L’autre jour encore, une étudiante me dit vouloir de devenir ingénieur (méca) mais plus tard, me dit ne jamais avoir eu la curiosité de démonter un objet pour savoir comment il pouvait fonctionner ?

Quelle industrie aurait envie d’engager un ingénieur qui n’est pas curieux des choses qu’il est sensé concevoir ? Les deux parties seraient au final perdantes : l’employeur parce qu’il n’aurait pas recruté la personne idéale, et l’employé parce qu’il finirait par ressentir un mal-être au travail à cause d’une mauvaise orientation.


1. Si tu veux confirmer que ce job est vraiment fait pour toi


2. Faire travailler l’argent pour soi … et non l’inverse

Maintenant on va parler gros sous, thune, cash, pépettes

Enfin… Si tu arrives à tirer ton épingle du jeu…

C’est TOP d’avoir un travail bien payé, une grande maison et une voiture neuve devant l’entrée.

On le sait tous parce que c'est ce que les institutions éducatives nous mettent en tête dès le premier jour. Comme symboles de réussite, y a pas plus facile à vendre.

On va te parler d’équation magique : travailler dur à l’école = meilleures notes = meilleures perspectives = plus d’argent = (oups erreur bug système : mettre à jour logiciel)

Mais l’argent n’est ni un fabricant de bonheur ni de malheur pour ce que ça vaut, mais un carburant ! (Simplement la tranquillité d’esprit). C’était quand la dernière fois que t’as pris ton pied en te sifflant un litre de Sans plomb 95 ?

La richesse matérielle et le bonheur sont deux choses très différentes, et les institutions éducatives doivent faire un effort conscient pour inculquer cela dans la tête des élèves.

Tu as appris les mathématiques et l'arithmétique, mais probablement pas grand-chose sur l'argent et son fonctionnement.

Déjà, tu peux te questionner toi-même sur ton rapport à l’argent et la psychologie derrière tout ça.

Un peu d’introspection ne fait jamais de mal !

Parce que dès le plus jeune âge, l’école te conditionne à devoir le mériter. Tu dois bosser dur pour mériter tes bons points.

Puis tu dois bosser dur pour mériter ton salaire, c’est le message entre les lignes… Alors les gens deviennent esclaves de l’argent, simplement parce qu’ils ne le comprennent pas. Tout le monde est concerné par l'argent. Tu dois le respecter mais pas le craindre !

Booster sa carrière avec des projets professionnels motivants

Maintenant, que le cadre est posé, revenons-en à toi.

En tant que futur ou jeune diplômé, que dois-tu savoir ?

Qu’est-ce qui va le plus t’aider à bien démarrer ?

Comme souvent, le tout est de se fixer un objectif, de savoir où tu veux aller. Est-ce que tu préfères vivre tes premières années actives comme une cigale ?

Pourquoi pas, je ne te juge pas, c’est un choix comme un autre.

Si par contre, tu veux atteindre un certain confort de vie à moyen terme et prendre une retraite (beaucoup) plus tôt que la moyenne, alors il te faut, plus qu’un objectif, Il te faut un plan !

Ce qui veut dire, avoir une stratégie d’épargne … et surtout d’investissement.

Car oui, l’épargne c’est bien, l’investissement c’est mieux ;-). (tu peux déjà commencer par investir en toi)

On ne va pas tourner autour du pot.

Plus ta valeur sur le marché du travail est grande et plus tu vas atteindre tes objectifs de vie tôt.

Et si tu as fait des études c’est que tu en es déjà conscient, Mais ne t’attends pas à ce que tes résultats scolaires parlent pour toi, personne ne te les demandera ! Une fois l’école finie, on se rend compte que les notes ne servent plus à rien.

Donc, il va falloir meubler si tu veux attraper le pompon et montrer tes motivations !


2. – Si tu veux te faire engager avant les majors de ta promo

2. - Si tu veux trouver ton premier job et mettre à genoux ton recruteur


3. Faire de l’échec une force | Ce que l’école ne t’a jamais appris

Personne n’a envie d’échouer pour le plaisir, c’est clair.

Maintenant, dans la vie, l’échec est un mal nécessaire.

Il faut absolument tordre le coup à cette idée reçue qui dit que : « si tu échoues, tu es nul »

Certains enseignants sont absolument exceptionnels pour gérer les élèves qui ont du mal à faire face aux tâches les plus simples.

Mais apprendre de l’échec n’est pas vraiment la priorité de l’école.

Non, l’école insiste pour éliminer l’échec. Si tu n’as pas la méthode du prof, c’est zéro !

Mais le fait est qu'à un moment de sa vie, chacun échouera.

Aucun échec n'est une catastrophe si tu sais en tirer les bonnes leçons.

Comprendre ce qui n'a pas fonctionné et pourquoi quelque chose ne s'est pas déroulé comme prévu peut t’aider à progresser et ... à réussir.

Le système scolaire nous entraîne à redouter l'échec, jusqu’à inciter à l’inaction,  qui est pire que l’échec.

Je crois qu’enseigner - comment gérer l'échec - serait un excellent exercice qu’on rendrait aux futures générations.


«J’ai raté plus de 9 000 tirs dans ma carrière. J'ai perdu près de 300 matchs. 26 fois, on m'a fait confiance pour prendre le coup gagnant et j'ai raté. J'ai échoué à maintes reprises dans ma vie. 

Et c'est comme ça que j’ai réussi."

- Michael Jordan


4. Créer des liens et construire son réseau

À l’école, tu apprends les langues étrangères, la grammaire et la littérature.

Mais on ne t’enseigne pas la communication. (en réalité on te laisse libre de l’expérimenter en classe ou pendant les inters cours…)

Les gens grandissent avec cette idée qu'ils sont capables de faire certaines choses et de ne pas pouvoir en faire d'autres, en fonction de leur personnalité et des croyances des personnes composant leur environnement proche… Et cela nous enferme dans une version limitée de nous-même.

Dans la vraie vie, les gens s’accaparent consciemment ou inconsciemment des codes de communication du milieu dans lequel ils évoluent pour réussir.  Pourquoi le faire à l’aveuglette ?

La communication, ça s’apprend !

Si tu devais engager demain quelqu’un, tu serais plus enthousiasmé par le candidat qui te fait vivre son histoire ou celui qui reste coincé au fond de sa chaise en te débitant des propos incohérents ?

Le monde est devenu un village planétaire. Les gens sont davantage enclins à visiter plus de pays et d'explorer plus de cultures que jamais. (et toi qu’as-tu retenu de ton dernier voyage ?)

Et il est crucial pour ton avenir professionnel et ton évolution de pouvoir construire des relations avec les autres ; les comprendre et être compris.

La recherche d'un emploi ou d'argent pour démarrer ton propre business est la case à cocher une fois ton diplôme en poche.

Cependant, une grande part de ta réussite va dépendre de ta capacité et ta volonté à réseauter.

Encore une fois, ce n’est pas une UV que tu risques de retrouver au programme.

Le réseautage - le fait d’interagir avec les autres pour nouer des contacts et obtenir des informations - offre des possibilités d’embauche, brise les barrières sociales et détermine ta valeur pour des employeurs.

Le marché du travail d’aujourd’hui est très compétitif, ce n’est pas un scoop !

Les savoirs théoriques ne peuvent te garantir un emploi ou une clientèle, même si tu crées ta propre entreprise.

Rencontrer de nouvelles personnes et être ouvert aux interactions lors des dîners de famille, des événements d'entreprise et d'affaires, des ateliers, des fêtes et autres rassemblements sociaux sont tes meilleurs alliés pour le réseautage et la création d'opportunités.

Développer son réseau professionnel dès le cursus scolaire

Pourtant, généralement après l'université, les gens ont tendance à perdre le contact les uns avec les autres, limitant ainsi leurs opportunités.

Le système éducatif t’incite à une chose :

Réussir tes examens tout en laissant de côté d'autres compétences.

« J’ai arrêté le tennis et la danse pour me focaliser sur mon bac de mathématiques », me disait l’autre jour une étudiante

« Moi à ton âge, j’ai trouvé un boulot et un appartement en soirée » Je lui ai rétorqué.

Comme le réseautage, la communication et la mobilisation des ressources sont INDISPENSABLES pour les jeunes diplômés qui entrent dans le monde professionnel.

C’est pourquoi, il est grand temps que les étudiants se rendent compte qu’il ne suffit pas de faire des efforts pour obtenir un premier ou un deuxième diplôme.

Il faut aussi profiter des relations que l'on entretient avec ses camarades de classe, professeurs, familles, colocataires ou amis d'amis.

En fait, un étudiant avec des notes inférieures mais de meilleures compétences sociales (en réseautage) va souvent finir par obtenir un emploi (bien) mieux rémunéré qu'un étudiant avec un bon diplôme et de faibles compétences en réseautage.

Laisse-moi te raconter une anecdote perso, ce ne sera pas long.

Quand je suis sorti des études à 22 ans, j’étais dans les quelques-uns à être diplômé avec les honneurs.

Pourtant, je n’avais pas de job...

Pire.

Je me retrouvais à me débattre comme un dingue dans le marché de l’emploi.

Alors que d’autres se retrouvaient avec une promesse d’embauche dans de super boites alors qu’ils n’avaient même pas encore validé leur diplôme.

Mais WTF !!!

Tu as compris d’où venait le problème ? 😉 C’était ma première leçon dans la « vraie vie ».

 

4 - Si tu veux mes 3 astuces infaillibles pour créer ton réseau même si tu ne connais personne


5. Comment se vendre et convaincre pour réussir sa vie professionnelle 


Peu importe la façon dont tu cherches à gagner ta vie.

Que tu bosses en tant qu'employé, entrepreneur ou profession libérale.

La capacité de vendre et de te vendre est une qualité essentielle.

Les compétences d’autopromotion ne sont pas enseignées à l'école (c’est même tout le contraire, t’as plutôt intérêt à te la jouer discret si tu ne veux pas passer pour un arriviste…)

Et, par conséquent, la plupart des gens n'ont pas la capacité ou l’envie de le faire.

Il s'agit également de créer et de te faire connaître pour servir tes clients, puis de tirer parti de ces relations pour grandir et prospérer.


ANONYME

«Vous obtiendrez tout ce que vous voulez dans la vie si vous aidez suffisamment d’autres personnes à obtenir ce qu’elles veulent.»


Comme tu l’as vu, j’ai utilisé l’expression de devoir se vendre, parce que c’est facile…

On utilise souvent dans le jargon professionnel le fait de « devoir se vendre ». Cette expression peut être comprise de plusieurs manières.

Sur un aspect esclavagiste, c’est vendre son corps et son âme. On est d'accord, c'est la dernière chose que tu as envie de faire…

Si le job que tu convoites te donne l’impression de devoir le faire ; fuis, car tout ça risque de mal finir. Que ce soit simplement une perte de temps ou pire un burnout…

La deuxième version que je préfère, c'est de comprendre cette expression sous la forme de : rendre ton profil dé-si-ra-ble.

Tu as été studieux ces dernières années ? Penses-tu que ton recruteur te fasse réciter ton cours sur l’économie anglaise de l’époque préindustrielle?

Non… Il sera bien plus intéressé par ta capacité à agir sous la pression et ta capacité à résoudre les problèmes liés à ta fiche de poste.

En d’autres mots, être indépendant, responsable et fiable…

Peu de choses encore qui te seront enseignées à l’école, puisque tu as passé ton temps à te faire gaver d’informations et que tu n’as finalement agi que très rarement par toi-même.

Désirable, ok. Mais comment ? 

Par Tes expériences personnelles.

Qu'elles soient riches ou pauvres, elles donnent une teinte (des nuances de couleurs) à ton parcours, qui le rend unique et désirable.

Si tu veux donc que ton profil te permette d'accéder à un maximum d'opportunités, il doit mettre en valeur tes expériences. Mais attention, c’est la société actuelle qui dicte la hiérarchie de ces expériences.

Hier, savoir parler parfaitement l'anglais en sortant de l'école était considéré comme un atout unique. Aujourd'hui, il est une nécessité sans laquelle tu te retrouves déjà sous la pile de CV.

Il y a moins d'un siècle, il suffisait de savoir lire et écrire pour te retrouver dans le top des profils recherchés et accéder à un boulot à vie.

Tu veux mettre en valeur ton expérience/profil mais tu ne sais pas comment ?

Pense à la première image que tu veux renvoyer de toi ?

Par exemple, tu peux te croire malin en faisant un copier-coller d’une lettre de motivation sur le net « juste pour t’inspirer », en pensant que de toute façon, tu ne ferais pas beaucoup mieux et la laisser telle quelle pour les 100 boites que tu comptes démarcher.

Penses-tu une seconde qu’une personne aime lire quelque chose qu’elle a certainement déjà lu mille fois et qui t’aurais pris 5 minutes à personnaliser ?

Si tu te mets à la place de cette personne, considérais-tu ta propre candidature ?

Pareil pour ton CV.

Si lire ton CV rime avec torture ou ennui, alors ne soit pas étonné de ne pas entendre ton téléphone sonner.

En revanche, un CV qui fait se projeter le recruteur, en voyant comment son entreprise fonctionnerait mieux avec ce profil, lui donnera envie de prendre 5 minutes pour t’appeler.

Pour faire simple, le CV est à propos de toi et ton histoire, la lettre de motivation et l’entretien doivent être rédigé selon un objectif : la valeur que tu peux apporter à l’entreprise.

La négociation est le consensus entre les cartes que tu as en mains et le montant que l’entreprise est prête à mettre sur la table pour acquérir cette valeur.


5 - Tu veux mettre en valeur ton expérience/profil pour booster ton CV mais tu ne sais pas comment car tu n'as pas d'expérience ?


6. Comment trouver un (bon) job du premier coup

L’objectif de l’éducation est principalement double :

  • Éduquer des citoyens ;
  • Préparer les élèves au marché du travail pour être productifs et contribuer à la vie de la société.

Mais rien n’est prévu pour que tu trouves ce qui te correspond vraiment. Ce qui importe en priorité pour le système éducatif, c’est les besoins du marché.

Alors bien-sûr, tu vas trouver des pseudos ateliers en recherche d’emploi, peut-être que tu en as déjà eu d’ailleurs. On va t’expliquer comment écrire une lettre de motivation et un CV,… Tout ça de manière très standard avec aucune personnalisation.

Et c’est un peu ridicule, parce que ce n’est pas ça qui va t’aider à avoir un emploi.

En particulier LE job fait pour toi, où tu te sentiras épanoui et à ta place.

Les vraies règles du jeu, ce qui fait que, à diplôme et expérience équivalents, Pierre va choper le super job, alors que Marc se retrouvera sur une voie de garage… tient en tout autre chose.

Et ça, on ne te le dit pas !

Ceux qui le savent le garde jalousement, ou bien n’ont juste pas l’envie de le partager. Et puis les autres… eh  bien ils ne savent pas donc… ;p

Ensuite, QUID, si tu veux monter ton propre business ?

Je suis sorti avec mention d’une école de commerce avant de reprendre des études en psychologie.

J’ai créé 2 sociétés, et pourtant tout ce qui m’a été le plus utile dans la réussite de ces 2 business, je ne l’ai pas appris dans les amphis, mais sur le terrain. Les mains dans le cambouis !

Bien sûr, tout le monde ne sera pas propriétaire d’une entreprise, mais c’est comme si ce n’était même pas une option envisageable dans de nombreuses écoles.

Le programme scolaire suppose que tu vas soit travailler pour quelqu'un, soit aller à l'université… puis travailler pour quelqu'un.

Ton travail va être une grosse partie de ta vie. Il pourra lui donner du sens, des envies, de la fierté même…

Pour y parvenir, il est important de cultiver l’intérêt.

Plutôt que de se crisper en essayant de trouver LE métier pour TOI, pourquoi ne pas réfléchir simplement en termes de mode vie ?

  • Vivre dans une grande ville / à la campagne ;
  • Prioriser la famille / la carrière ;
  • Concilier vie personnelle et vie professionnelle ;
  • Prioriser les revenus / l’expérience / l’impact/ les relations humaines.

Chacun de ces critères amène à une réflexion différente et des choix parfois contradictoires.

Tu pensais avoir appris des choses à l'école ?

Si tu sors à peine du cursus scolaire, les chances que ton profil soit intéressant est proche de 0. Cela veut dire que dans la négociation avec l'entreprise, c'est elle qui possède toutes les cartes en main.

Tu es comme ce pauvre poulet qui vient d’obtenir son précieux label… Prêt à être présenté sur les rayons de ton supermarché, croisant ses pilons pour partir en premier.

Ce n’est donc pas la position rêvée… Et toi t’en penses quoi ?

 

6. - Si toi aussi tu ne veux pas finir comment un pauvre petit poulet


7. Apprendre à investir en soi intelligemment

Puisque que tu ne veux pas passer ta vie à l’école, tu vas devoir prendre en charge une bonne partie de ton apprentissage.

Et la compétence mère de toutes les compétences à développer c’est… apprendre à apprendre !

C'est donc cette compétence qui est avant tout recherchée par les employeurs et que l'école oublie en rendant l’étudiant passif et soumis.

Pourtant, il est vital d’apprendre à nous améliorer et à investir dans notre propre développement personnel et professionnel tout au long de la vie.

Tu as un diplôme, c’est bien ! Mais c’est loin d’être suffisant.

Je vais être CASH mais c’est pour ton bien.

Sans ces compétences essentielles, dans chacun des 7 domaines évoqués ici, il te sera compliqué de parvenir à trouver ton épanouissement et d’obtenir la vie que tu veux.

Tu seras surement balancé d’opportunités médiocres en opportunités médiocres, à devoir te compromettre toi et tes valeurs pour un job insignifiant.

La plupart des gens se plantent dans la vie, et passent des années en apprenant de leurs erreurs.

Tu es ta première source de revenu, investir en toi-même le meilleur rendement possible et tu devrais le faire aussi jeune que possible.

Rappelle-toi cette citation de Warren Buffet au début de l’article « Plus tu apprends, plus tu gagnes ».

Maintenant que tu connais les 7 compétences clés pour réussir ta vie professionnelle, il te reste à les développer...


Tu as aimé cet article ?

Une session live offerte 

avec 2 warriors de la vie professionnelle

Yohan, 

Ingénieur, Bloggeur sur eZsciences.com

Julien Thomas, 

Doctorant en psychologie, entrepreneur


Yohan, mon ami blogueur et moi-même,

avons décidé de t’aider à développer ces compétences, mais pas dans un article.

On n’a pas envie de faire une encyclopédie.

Par contre, ce qu’on te propose c’est une discussion entre nous, au calme, confortablement installés…

Tu auras la possibilité de poser directement tes questions.

(et ça, c’est priceless quand on sait ce que coûtent ce genre de conseils personnalisés d’habitude)

Pendant cette session live, on te donnera aussi un tas d’anecdotes personnelles mais surtout des conseils concrets

Pour que tu sois armé à entrer dans la vie active.

Le but de cette session, c’est d’être hautement qualitative

(c’est pas tous les jours que tu as un ingénieur et un doctorant en psychologie (chef d’entreprise) pour répondre à tes questions)

Et tout ça à la coool… !

Sans le discours pompeux de tous les organismes *truc machin* pour l’emploi

Ici on sera entre nous.

Attention, on limite volontairement les places, pour privilégier avant tout la qualité des échanges et pour que chacun puisse trouver sa place et s’exprimer librement.

Du coup, si tu as envie de profiter de cette occasion unique, qui n’est pas prête de se reproduire avant un bail, il te suffit juste de réserver ta place, rapidos ici, avant que ça soit complet :

 

À très vite

Yohan

Julien

Laisser un commentaire