Comment trouver un job qu’on aime

Pour bien faire quelque chose, vous devez l’aimer. Cette idée n’est pas nouvelle. On vous l’a peut-être souvent dit: « fais ce que tu aimes! ». Mais c’est plus facile à dire qu’à faire. Trouver sa voie et faire ce qu’on aime est compliqué. Beaucoup de gens restent bloqués dans des emplois qu’ils détestent et finissent par faire des burn-outs parce qu’ils n’ont pas cherché leur vraie passion. D’autres disent être dans la « rat-race » (terme anglais qui signifie une course au succès sans fin et inutile).

En tant que spécialiste de l’enseignement et de l’orientation professionnelle, je me suis dit qu’il était temps que j’écrive un article pour mes lecteurs qui se demandent peut-être comment trouver enfin le travail de ses rêves. Bref, après la lecture de cet article, vous aurez découvert :

  • Pourquoi 90% des gens font un travail qu’ils n’aiment pas réellement
  • Pourquoi on vous a menti sur le bonheur au travail
  • Comment éviter le burn-out au travail
  • Quels sont les pièges qui vous empêchent de trouver un travail passionnant
  • Quelle est votre véritable voie professionnelle et comment faire ce que vous aimez
  • Comment savoir que vous vous êtes trompé de voie

Qu’est-ce qu’il va arriver si vous trouvez votre passion professionnelle ?

– Vous risquez d’être heureux toute votre vie

– Vous allez rendre votre entourage heureux et fier de vous (collègues, famille, amis)

– Vous serez en meilleure forme physique et mentale

– Vos revenus vont augmenter ainsi que vos opportunités professionnelles

L’origine de tous nos malheurs professionnels 

Alors, on va à l’école, on étudie des matières qui ne serviront pas. Même à l’université, on peut se questionner. Est-ce qu’un psychologue a vraiment besoin d’autant d’heures de statistiques ? Est-ce qu’il faut vraiment étudier le marketing ou l’économie pendant 5 ans ? Alors que vous pourriez être autodidacte et apprendre beaucoup plus vite ce qui vous sera vraiment utile à vous et votre employeur. Vous me direz qu’il faut bien un diplôme…

Mais l’actualité récente nous montre que les diplômes ne vont plus vous sauver aujourd’hui. Un ami avocat me disait il y a quelques jours que trouver une place aujourd’hui était devenu le parcours du combattant, tellement ils sont nombreux. Nous reviendrons sur la question des emplois « prestigieux » plus tard dans l’article. Malheureusement, peu de jeunes et même d’adultes se questionnent sur la légitimité du système. Pourtant des solutions nouvelles existent pour ne plus être des victimes consentantes d’un marché de l’emploi qui évoluent sans cesse.

« Faire ce que l’on aime »; l’idée est très éloignée de ce qu’on nous apprend dès l’enfance. Quand j’étais un enfant, il me semblait que le travail et l’amusement était 2 choses opposées. On nous a appris: que les adultes devaient faire des choses pour gagner de l’argent et que c’était appelé « travail ». Le reste du temps, ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient et cela s’appelait la détente. Donc on nous a inculqué cette idée plus ou moins inconsciente que le travail est une contrainte obligatoire en opposition aux moments de détente. Et ce n’est pas un hasard. L’école est contraignante parce qu’elle prépare à la vie adulte et au marché de l’emploi.

Avec cette vision, le monde se divise en deux groupes, les adultes et les enfants. Les adultes, comme une sorte de race maudite, doivent travailler. Les enfants non, mais ils doivent aller à l’école, ce qui est une version simplifiée du monde du travail sensée nous y préparer.

L’association entre travail et souffrance est si fortement liée à notre culture que même les origines du mot « travail » signifie « torture ». Pourtant, il y a des années, quand j’avais environ 12 ou 13 ans, j’ai vu un documentaire sur les choix de carrière et les gens qui avaient eu des parcours professionnels extraordinaires, même sans diplôme! Les personnes interviewées disaient qu’on pouvait devenir tout ce qu’on voulait du moment qu’on trouvait ce qui nous passionnait vraiment. Je m’en souviens précisément parce qu’à l’époque, ça me semblait anormal. Ce n’était pas imaginable de devenir un ingénieur si on était mauvais en math. À ce moment, je ne pensais pas que travailler pouvait être amusant. Il m’a fallu des années pour le comprendre.

Pourquoi les gens mentent-ils quand on leur demandent s’ils aiment leur job ?

A l’école, la perspective d’avoir un travail et de gagner enfin de l’argent était le principal objectif. Les adultes nous parlaient parfois de leur travail ou nous allions les voir au travail. Ils ont tous voulu nous faire croire qu’ils appréciaient ce qu’ils faisaient. Avec le recul,  je ne pense pas que le gestionnaire de la banque s’amusait beaucoup ! La raison pour laquelle ils essayaient de nous faire croire que leur travail était intéressant et motivant est vraisemblablement due à ce que j’appelle une « convention implicite » de la classe moyenne supérieure.

Pourquoi la plupart des gens prétendent aimer ce qu’ils font alors que c’est rarement le cas? La première phrase de cet article donne la réponse. Si vous devez aimer quelque chose pour bien le faire, alors les gens qui réussissent aiment tous ce qu’ils font. C’est là qu’on voit d’où l’habitude de la classe moyenne supérieure provient. Pour montrer qu’on réussit, il faut dire qu’on adore ce qu’on fait. Sans même en avoir conscience, ils sont dans l’imitation. C’est pareil quand on demande à quelqu’un si ça va. Rares sont ceux qui répondent non, même quand c’est vraiment le cas.

En réalité, l’école nous a raconté 3 gros mensonges: les choses qu’on a apprises à l’école ne sont pas un vrai travail; avoir un job n’est pas nécessairement pire que le travail scolaire; et beaucoup d’adultes mentent pour protéger leur image sociale et leur estime d’eux-mêmes lorsqu’ils disent aimer ce qu’ils font.

Quelle folie ! L’école nous inculque que le travail est forcément désagréable. Alors on ne peut plus blâmer les jeunes adultes qui disent : « Je ne veux pas de leur travail, je ne suis pas motivé, je ne suis pas adapté à ce monde. » D’ailleurs les mensonges les plus dangereux sont souvent ceux des parents.

Si vous choisissez un travail ennuyeux pour donner à votre famille un niveau de vie élevé, comme tant de gens le font, vous risquez d’infecter à votre tour vos enfants avec l’idée que le travail est ennuyeux. Ce n’est que lorsque je suis allé à l’université que ma conception du travail est devenue davantage que gagner sa vie. La question importante n’est pas de savoir comment gagner de l’argent mais sur quoi travailler. à ce moment, j’ai compris que je pouvais apporter une contribution originale au monde tout en gagnant ma vie, bien si possible. Mais après tant d’années de fausses croyances, le travail me semblait encore exiger de la discipline et des gros efforts car seule la difficulté pouvait amener des résultats.

Ce qu’aimer son travail veut vraiment dire

Jusqu’à quel point devez-vous aimer ce que vous faites? à moins que vous n’ayez déjà la réponse précise, n’arrêtez pas de chercher. Sinon, vous ferez comme la plupart des gens : vous allez sous-estimer l’importance de trouver votre vraie voie et vous arrêterez de chercher trop tôt. Qu’est-ce qui va se passer ? Vous allez finir par faire quelque chose que vos parents ou vos amis vous ont proposé ou bien vous serez influencé par le désir de gagner de l’argent ou le prestige de la fonction.

A cette période, j’ai découvert le concept de FLOW et j’ai appris qu’il était possible d’aimer tellement ce qu’on faisait, qu’on ne voulait rien faire d’autre, qu’on était comme absorbé par l’activité. Mais en même temps, j’avais l’impression qu’aucun job ne pouvait me faire ressentir cela. Si j’avais eu le choix entre (a) passer la prochaine heure à travailler ou (b) être téléporté une heure dans une fête à Budapest, est-ce que j’aurais préféré travailler ? Honnêtement, non.

Mais le fait est que tout le monde préférerait à un moment voyager, voir des amis ou manger un plat délicieux plutôt que de travailler sur un problème difficile. Faire ce que vous aimez se mesure sur une certaine longueur de temps. Vous pouvez profiter de toutes les choses qui vous font plaisir et avoir un job qui vous rend heureux pendant des mois, des années.

Les moments de détente finissent par perdre leur attrait. Après un certain temps, vous vous fatiguez de la plage. Si vous voulez rester heureux, vous devez faire quelque chose. Être dans l’action, créer quelque chose de bon pour vous et pour les autres. La clé est vraiment d’aimer votre travail plus que toute autre distraction. Vous devez aimer ce que vous faites assez pour que le «temps libre» devienne moins intéressant. Ce qui ne veut pas dire que vous devez passer tout votre temps au travail. Vous ne pouvez travailler que jusqu’au moment où vous vous sentez fatigué. Mais vous ne ressentez pas le travail comme une contrainte dans le seul but de gagner de l’argent ou d’avoir la reconnaissance d’autres personnes.

Si votre travail n’est pas votre activité préférée, vous allez procrastiner. Vous devrez vous forcer à travailler et lorsque vous vous forcez, les résultats que vous obtenez sont nettement moins bons. Pour être heureux, je pense que vous devez faire quelque chose que vous appréciez mais que vous admirez aussi. Vous devez pouvoir dire, à la fin : « wow, c’est cool ce que je viens de réaliser ». Par exemple, si vous adorez parler une langue étrangère, ça suffit  pendant un moment au moins, à vous dire wow, c’est plutôt cool. Ce qu’il faut faire, c’est tester.

2 pièges dangereux qui vous empêchent de trouver un job de rêve

Voyons maintenant les pièges que vous devez éviter. Tout d’abord, je pense que vous ne devriez pas suivre l’avis d’autres personnes. L’expérience m’a montré que la solution est en vous. Les autres peuvent venir confirmer votre choix mais ils ne doivent pas vous mener sur la voie qu’ils voudraient pour vous. La science a montré que notre inconscient possède des ressources importantes. Notamment pour nous aider à faire les bons choix. Je le répète; la solution est en vous. Vous ne devriez pas non plus vous laisser influencer par le prestige d’un emploi. Le prestige d’une fonction est la représentation que les autres s’en font, rien de plus. Qu’est-ce que cela vous apporte de prendre en compte les opinions de personnes que vous ne connaissez même pas? Ce ne sont pas eux qui risqueront plus tard une dépression.

Le prestige ne rend pas heureux très longtemps et il ne paye pas non plus les factures. C’est un conseil facile à donner mais difficile à suivre, surtout lorsque vous êtes jeune. Le prestige est comme un aimant puissant qui renverse même vos croyances sur ce que vous aimez. Cela vous fait travailler non pas sur ce que vous aimez mais sur une idée fantasmée de ce que vous auriez aimé être.

C’est exactement ce qui conduit les gens à vouloir écrire des romans. Ils aiment lire des romans. Ils remarquent que les gens qui les écrivent gagnent des prix et deviennent célèbres. Ils se disent qu’être romancier serait le plus beau métier du monde.

Cependant aimer l’idée d’être romancier ne suffit pas; vous devez aimer le travail réel d’écriture si vous voulez devenir bon, les longues relectures et corrections, travailler dans la solitude un certain temps; il faut aimer créer des scénarios élaborés. Pour vous aider à savoir si vous vous êtes trompé de voie, je vous donnerai des indices faciles à identifier plus loin dans cet article.

Le prestige n’est qu’une illusion. Si vous faites quelque chose que vous aimez vraiment, vous le rendez-vous même prestigieux. Le prestige est particulièrement dangereux pour les ambitieux. Si vous voulez perdre votre temps sur des voies de garages, la meilleure façon de le faire est de vous laisser influencer par le prestige d’un job. Soyez attentif au vocabulaire utilisé dans les annonces d’emploi ; chef de département, responsable de, membre du comité,… etc. Si le job était si intéressant, ils n’auraient pas besoin de le rendre prestigieux.

Alors, si deux emplois vous tentent, mais un est plus prestigieux que l’autre, vous devriez probablement choisir le moins prestigieux. L’autre grande force qui conduit les gens à se perdre dans des emplois qu’ils n’aiment pas est l’argent. L’argent en soi n’est pas mauvais.

Quand quelque chose paie bien mais qu’il est considéré avec mépris, comme télémarketer ou éboueur, les personnes ambitieuses les évitent. Ce genre de travail finit par être fait par des personnes qui « essayent juste de gagnez leur vie. « (Astuce: évitez les emplois où les travailleurs disent cela.). Le plus grand risque est de combiner l’argent avec le prestige, comme dans, par exemple, le droit ou la médecine. Une carrière relativement sûre et prospère avec un prestige immédiat est dangereux pour quelqu’un de jeune, qui n’a pas réfléchi à ce qu’il aime vraiment faire.

Le test pour savoir si vous avez trouvé votre voie professionnelle 

Il existe de nombreux tests d’orientation mais en tant que psychologue, je peux vous dire qu’aucun n’est une boule de cristal. J’ai choisi de vous proposer ci-dessous un test plus rapide et simple mais tout aussi efficace.  Ce test est particulièrement utile pour choisir entre différentes filières universitaires car les disciplines et les débouchés sont très différents. La plupart des bons mathématiciens travailleraient en mathématique même s’il n’y avait pas d’emplois dans cette branche. Les conseils des parents poussent en général leurs enfants à choisir l’argent. Evidemment les parents ne sont pas mal intentionnés, ils veulent la meilleure vie pour leur enfant, ce qui signifie pour eux la sécurité : un compte en banque, une maison, de quoi élever des enfants à leur tour,… Sans oublier le fait qu’en cas d’échec, ils devraient assumer aussi leur part de responsabilité. Enfin, un enfant qui a un job bien payé est aussi du prestige qui rejailli sur la famille… La boucle est bouclée.

Le test pour savoir si vous allez aimer un job est de vous demander simplement si vous le feriez sans être payé. Même en trouvant un autre job pour gagner votre vie. Combien d’avocats d’entreprise feraient leur travail actuel gratuitement, pendant leur temps libre, en devant travailler comme serveur dans un bar pour payer leurs factures?

Avec des forces si puissantes qui tentent de nous éloigner de notre vraie vocation, il n’est pas surprenant qu’on ait tant de difficultés à trouver le job de nos rêves. La plupart des gens se condamnent dès l’enfance à accepter que le travail soit pénible. Ils se disent que pour supporter la souffrance liée au travail, ils vont trouver un job bien payé et prestigieux comme compensation. Si vous n’avez pas encore trouvé le travail que vous aimez vraiment, c’est normal, pas de problème, c’est un travail long et compliqué mais qui vaut la peine. Ne sous-estimez pas l’importance de cette tâche.

En fait, si vous reconnaissez que votre travail actuel est insatisfaisant, vous êtes déjà en avance sur la plupart des gens qui sont encore dans le déni. Si vous êtes entouré de collègues qui prétendent aimer un travail que vous trouvez méprisable, les chances sont grandes qu’ils mentent. Pour trouver votre vraie voie, vous aurez besoin d’une certaine discipline. Par contre, une fois que vous l’aurez trouvé, ce travail n’exigera que peu d’efforts puisque vous adorerez faire ça. Certaines personnes ont la chance de savoir ce qu’elles veulent faire lorsqu’elles ont 12 ans et sont comme sur des rails. Mais je peux vous dire que ce sont des exceptions.

On remarque que les personnes qui réussissent le mieux ont plutôt une carrière en dents de scie. Ils vont à l’école pour étudier A, abandonnent et décroche un emploi en faisant B, puis réussissent dans C après l’avoir appris sur le terrain. Aller d’un travail à l’autre peut être vu comme un signe d’instabilité ou comme un signe d’énergie, d’ambition et d’ouverture d’esprit. J’ai remarqué à la fois dans les récits et mes rencontres que les gens qui accomplissent de grandes choses vivent d’abord de grandes déceptions lorsqu’ils essaient de trouver leur voie.

Un autre test que vous pouvez utiliser est l’ACTION. Par exemple, si vous avez un emploi alimentaire parce que vous prévoyez d’être un romancier, est-ce que vous écrivez? Commencez à écrire même mal. Car vous pourrez tester votre désir de devenir romancier. Rappelez-vous : L’ACTION EST ENGAGEANTE. L’action vous permet de commencer à rendre une idée, un rêve, concret. Bien sûr, comprendre ce que vous aimez ne signifie pas que vous travaillez déjà. Ce sont deux choses différentes. Vous devez faire un effort conscient pour voir le travail tel qu’il est et non pas comment vous voudriez qu’il soit. Ce n’est jamais agréable de voir l’écart qu’il peut y avoir entre le travail réel et notre travail rêvé.

Donc, la plupart des gens préfèrent réduire leurs attentes. Par exemple, si vous demandez au hasard dans la rue à quelqu’un si elle peut peindre comme Monet, elle dira probablement « Oh, mais je ne sais pas peindre ». C’est plus une déclaration d’intention qu’un fait. Cela veut juste dire, je ne vais pas essayer. Parce que n’importe qui en travaillant dur tous les jours pendant une période plus ou moins longue va y arriver. Mais il faudrait un grand effort et passer par de nombreux échecs chaque jour. Et pour se protéger, les gens disent « je ne sais pas ».

Une autre phrase que vous entendez souvent, c’est que tout le monde ne peut pas faire un job qu’il adore, il faut que d’autres fassent le « sale boulot ». Vraiment? La seule obligation professionnelle de nos jours est le service militaire et ce n’est même plus le cas dans la majorité des pays occidentaux. Donc le moyen pour forcer des gens à faire un travail désagréable est de leur proposer de l’argent et du prestige.

2 stratégies pour trouver le job de ses rêves 

Ce n’est pas toujours simple d’être payé pour ce que vous aimez faire mais 2 stratégies s’offrent à vous pour réussir :

1) augmenter les tâches dans votre travail qui vous plaisent tout en diminuant celles que vous n’aimez pas.

2) avoir un emploi que vous n’aimez pas pour gagner l’argent qui vous permettra de faire ce que vous aimez plus tard. En général les gens choisissent la première stratégie.

En début de carrière ils prennent tous les clients et projets qu’ils trouvent. Ensuite avec les années, ils se permettent de choisir ceux qui les intéressent le plus. Le désavantage de cette option, c’est qu’elle prend du temps et que vous n’avez pas la certitude d’avoir cette liberté à l’avenir. La seconde stratégie a des variantes. Par exemple, vous avez un job alimentaire pour payer vos factures et travailler à ce que vous aimez pendant votre temps libre. Ou bien, vous travaillez pour ne plus devoir le faire plus tard (rente, investissements,…). Vous pouvez aussi mettre de l’argent de côté pour plus facilement faire une réorientation vers l’emploi qui vous plait vraiment une fois que vous avez ce filet de sécurité.

Quelle stratégie devriez-vous choisir? Le choix dépend du degré de certitude que vous avez sur ce que vous voulez faire, de votre capacité à prendre des responsabilités, de la dose de risque que vous pouvez supporter et à ce qu’on vous offrira pour faire ce que vous aimez. Si vous êtes sûr du secteur dans lequel vous souhaitez travailler et savez que les gens peuvent vous payer, alors vous devriez probablement suivre la stratégie 1. Mais si vous ne savez pas dans quoi vous voulez travailler, ou vous n’aimez pas prendre des responsabilités, réfléchissez plutôt à la stratégie 2.

Ne vous décidez pas trop tôt. Les enfants qui savent tôt ce qu’ils veulent faire semblent épatants, comme s’ils avaient la réponse avant les autres enfants. Cependant il s’agit souvent d’un leurre. Un de mes amis est médecin. Il voulait déjà le devenir étant enfant mais aujourd’hui il se plaint constamment de son travail. Lorsque des jeunes lui demandent conseil, il voudrait leur dire « Ne le faites pas! » (Mais il ne le dit jamais.). Il m’est arrivé à plusieurs reprises la même situation, où d’anciens étudiants me demandaient conseil sur la vie de chercheur à l’université. Je leur ai exposé mes activités quotidiennes, je ne les ai jamais revu. Sans doute avaient-ils une image trop belle de la fonction.

Comment peut-on arriver à être médecin, avocat, prof d’université si on n’aime pas ce que l’on fait ? Parfois déjà à l’école on se fixe sur une idée, on commence à embellir la réalité et se convaincre que cette voie est la meilleure pour nous. Généralement, les gens qui choisissent ces emplois sont assez ambitieux, alors malgré les obstacles, ils persévèrent et réussissent même lorsqu’ils finissent par se rendre compte qu’ils n’aiment pas ce qu’ils font chaque jour.

C’est terrible de se dire que la plupart des gens font le choix d’une vie dès l’école. Lorsque vous êtes jeunes, vous avez l’impression que vous aurez assez d’informations pour choisir ce que vous devez faire. Mais ce n’est pas le cas avec le choix de carrière. Lorsque vous devez décider, les informations sont très incomplètes. Au mieux, vous avez pu faire quelques stages mais tous les emplois ne proposent pas de stages et ceux qui le font vous montrent rarement en quoi consiste le vrai travail. Le conseil que je peux vous donner à ce stade-ci est de vous laisser un maximum de choix possibles. Surtout si vous ne savez pas encore quoi faire exactement.

Par exemple, des études en économie peuvent vous ouvrir de nombreuses portes dans des secteurs très variés. à l’inverse certaines filières vous cantonneront à un type de fonction bien précise ou même à une zone géographique. Il est également judicieux de postuler à des emplois qui vous permettent de faire de nombreuses choses différentes, afin que vous puissiez apprendre plus rapidement ce qui vous plait. Si vous passez trop de temps dans un job que vous n’aimez pas avec l’espoir d’avoir un jour assez d’argent pour lancer une ferme bio dans les Alpes, que se passera-t-il le jour où vous vous rendrez compte que vous avez tout plaqué alors que vous n’avez pas la main verte et que les contraintes ne vous conviennent pas ?

Quelle que soit la voie que vous prendrez, attendez-vous à une longue recherche de vous même. Trouver le travail que vous aimez est un processus complexe d’expérimentation. Pour vous aidez à aller plus vite dans cette recherche, j’ai écrit un article complémentaire, lu des milliers de fois, qui vous offre une méthode pour savoir comment trouver votre vraie passion. Mais n’oubliez pas ceci : Il y a des gens qui font des métiers qu’ils détestent et n’en changent pas. Pourquoi ? Parce qu’ils ne veulent pas. Ils vont dire que financièrement ce n’est pas possible, qu’ils sont trop vieux et ne vont plus retrouver de travail. Mais en fait ce sont des excuses. La vérité c’est qu’ils ont peur. Un jour, ils sont à bout et sautent par la fenêtre. Les gens sont capables de se tuer par peur. C’est vraiment une notion très importante, alors qu’ils peuvent, tout est possible. LA SEULE PERSONNE QUI VOUS OBLIGE A FAIRE QUELQUE CHOSE C’EST VOUS. 

Merci d’avoir lu cet article, j’espère qu’il vous aura aidé à avancer vers le travail qui vous conviendra le mieux. N’hésitez pas à me faire part de vos remarques et expériences dans les commentaires, ça profitera à tous !

Vous avez aimez cet article ?

Vous pouvez télécharger gratuitement "Mémorisation Facile" dans le quel j'explique comment vous pouvez faire pour diminuer votre temps d'étude tout en améliorant vos notes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *