Se concentrer pour étudier, les conseils qui fonctionnent

se concentrer pour etudier

Le manque de concentration, ça vous parle ? Depuis que je donne cours à l’université, je me suis rendu compte que beaucoup d’étudiants se plaignent d’être trop distraits quand ils étudient. Leur esprit vagabonde sans pouvoir rester concentré sur ce qu’ils lisent et ils finissent par penser à tout sauf à leurs études. Ils me demandent souvent comment être plus concentrés.

Vous avez surement été déjà confronté à ce problème plus d’une fois, ou peut-être est-ce même un problème récurrent pour vous aussi. Dans la société actuelle, nous croulons sous l’information, et notre attention est divisée entre le travail, les amis, la famille, les réseaux sociaux, les sites d’information, les divertissements, etc. De plus, les notifications reçues en temps réel sur nos Smartphone interrompent régulièrement nos activités, rendant la concentration toujours plus difficile. À tel point qu’une récente étude allemande a déterminé que nous pouvions augmenter notre concentration de 26% en laissant nos téléphones dans une pièce voisine plutôt que de les garder à côté de nous pour travailler.

Mais les Smartphones et les nouvelles technologies ne sont pas les seuls coupables, et le manque de concentration ne date pas d’hier. Penchons-nous tout d’abord sur les multiples causes de la déconcentration.

Les causes du manque de concentration

concentration-etude

  1. Un manque d’intérêt pour la matière : forcément, il est plus facile de rester concentré quand on est intéressé. Malheureusement, à l’université, même si on choisit son orientation, les cours ne sont pas tous captivants.
  2. Ne pas être prêt à lire et à étudier : la concentration, c’est aussi un état d’esprit. Pour pouvoir être concentré et le rester, il faut être prêt, aussi bien psychologiquement que physiquement.
  3. La matière est trop difficile : il faut viser juste pour pouvoir garder sa concentration. Difficile de rester concentré quand on ne comprend pas tout et qu’on se sent perdu…
  4. On n’a pas fixé d’objectifs d’étude : se fixer des objectifs est essentiel pour rester attentif et concentré. Sans objectif, vous perdez en motivation et en concentration.
  5. Il y a trop de bruit ou d’activité autour de vous : les facteurs environnementaux jouent un rôle particulièrement important.
  6. Être fatigué : une bonne nuit de sommeil est un pré requis indispensable pour être attentif et rester concentré.
  7. Il y a trop à étudier : la concentration a ses limites ! Si vous voulez rester concentré, soyez raisonnable et n’en demandez pas trop d’un coup à votre cerveau.
  8. La peur de l’échec : comme la procrastination, la peur de l’échec – qui lui est liée – est un obstacle à la concentration. Malheureusement, le manque de concentration est l’une des causes importantes de l’échec. Il s’agit donc d’un cercle vicieux dans lequel il faut éviter de s’enfermer !

 

3 principes ultras efficaces pour vous motiver et retrouver une concentration maximale

Même si la déconcentration peut être causée par de nombreux facteurs, tout le monde a la capacité de se concentrer. Vous pensez que vous n’en êtes pas capable ? Mais si ! Pensez à un moment où vous étiez complètement absorbé par quelque chose que vous aimez ou que vous deviez faire : la dernière fois que vous avez regardé un film, lu un livre captivant, pratiqué votre activité sportive préférée, joué de la musique ou même fait un peu de ménage !


Je n’y arrive toujours pas, comment être plus concentré ?

L’astuce est d’utiliser les bonnes stratégies pour développer votre capacité naturelle à vous concentrer et de les appliquer à l’activité que vous devez réaliser. Si malgré le bonus gratuit au dessus, vous avez toujours du mal à vous concentrer, alors suivez ces quelques conseils pour une meilleure concentration.

concentration-environnement-de-travail

 

 

1) Mettez en pratique ces 2 facteurs indispensables à la concentration

Pour commencer, gardez ces deux facteurs essentiels en tête : votre environnement et votre état d’esprit.

Optez pour un environnement neutre, sain et serein

  • L’endroit où vous vous trouvez influence énormément votre niveau de concentration. Choisissez un endroit bien aéré avec un bon éclairage. Dans une pièce ordonnée, rangée et agréable, les tentations de distraction sont limitées. Personnellement, dans une pièce en désordre, si je ne suis pas passionnée par la tâche que je dois accomplir, je suis toujours capable de me mettre à ranger pour repousser le moment où je dois me mettre au travail. Dans une pièce en ordre et propice au travail, pas d’excuse.
  • Éteignez votre téléphone portable ou coupez le wifi pour ne plus recevoir que les appels urgents. Vous pouvez également choisir de laisser votre téléphone dans une autre pièce, afin de limiter les chances d’être distrait. Levez la main si vous aussi il vous est arrivé de vous dire « tiens je vais faire une petite partie de Tétris / Angry Birds / Candy Crush pour me détendre pendant cinq minutes »… et de réaliser, quarante minute plus tard, que vous êtes toujours scotché à votre écran ! Sans compter les dizaines de notifications que vous pouvez recevoir chaque jour. En ce qui me concerne, je trouve particulièrement frustrant d’être interrompue dans mon travail par une notification inutile (les pires sont les newsletters auxquelles je suis sûre de ne jamais m’être abonnée…). Pas vous ?
  • Pensez à l’environnement sonore : si votre voisin a décidé d’utiliser sa perceuse, vous serez peut-être plus à même de vous concentrer en allant en bibliothèque. Pour la musique, à vous de voir ce qui fonctionne pour vous. Certaines personnes aiment travailler avec un fond musical, d’autres n’y arrivent tout simplement pas. Cela peut également dépendre du type de travail que vous avez à faire. En ce qui me concerne, si je dois écrire un article, j’ai du mal à me concentrer avec de la musique, mais si je dois effectuer une tâche plus répétitive, la musique peut m’aider.

Assurez-vous d’être en bonne santé, reposé et en forme

  • Pour pouvoir être attentif et maintenir sa concentration, il est essentiel d’être bien reposé et d’avoir passé une bonne nuit de sommeil. Le sommeil n’est pas à prendre à la légère. Le manque de sommeil, fréquent chez les étudiants, entraîne des problèmes de mémorisation et de concentration, mais aussi des sautes d’humeur, une plus grande émotivité, et de plus grandes chances de tomber malade. Pas tout à fait la combinaison gagnante pour réussir ses études ! Pour pouvoir vous concentrer, il convient de dormir au minimum six heures par nuit. Si vous voulez en savoir plus sur les risques liés au manque de sommeil, le Huffington Post résume les conséquences à court et à moyen terme en une seule infographie
  • Libérer votre esprit des pensées négatives et stressantes. Plus facile à dire qu’à faire, mais libérer votre esprit des divers problèmes qui vous préoccupent vous permettra également de vous concentrer plus facilement. Il ne suffit pas d’être dans une pièce bien ordonnée, votre esprit doit l’être aussi ! Si vous avez besoin d’astuces pour gérer le stress de la vie étudiante, vous trouverez des conseils dans cet article publié récemment sur le blog.

2) Avoir un plan de travail facilite la concentration

  • Choisissez les bons moments. Nous sommes tous différents : certains sont plus efficaces et plus aptes à se concentrer dès le matin, d’autres le soir. A vous d’établir votre plan de travail en fonction de ce qui fonctionne pour vous. Sélectionnez les moments de la journée où vous êtes au top de votre forme pour pouvoir vous concentrer.
  • Divisez votre travail en plages logiques qui ont un début et une fin. Le cerveau organise les choses comme un tout, il faut donc l’aider à voir les liens entre chaque élément. En organisant votre travail et en le balisant, vous permettez à votre cerveau d’y voir plus clair, et vous augmentez ainsi votre concentration.

3) Fixez-vous des objectifs pour chaque plage d’étude

  • Avant de commencer à étudier, prenez quelques minutes pour réfléchir à vos objectifs. Quels résultats voulez-vous obtenir ? Est-ce que vous voulez lire une dizaine de pages de votre cours, ficher un chapitre d’un livre, écrire un essai, élaborer le plan de votre thèse, faire un certain nombre d’exercices ? En vous fixant des objectifs clairs dès le départ, vous aidez votre cerveau à comprendre sur quoi il doit se concentrer.
  • Pour plus d’efficacité, notez vos objectifs sur un post-it ou autre afin de pouvoir les visualiser. Par exemple: «terminer le 2ème chapitre» ou «avoir fait 10 exercices ». Même si nous avons parfois tendance à voir les choses en grand, il vaut mieux se fixer des objectifs raisonnables, détaillés, et que vous pouvez réalistiquement atteindre durant votre temps de travail. Donc au lieu d’écrire « commencer ma thèse », fixez-vous plutôt plusieurs objectifs plus modestes et plus faciles à mesurer : « faire 2 heures de recherche », « élaborer un plan », « établir une liste de sources », etc. C’est aussi une bonne méthode pour lutter contre la procrastination et la peur de l’échec, car vouloir en faire trop peut souvent mener à l’inaction, par peur de ne pas pouvoir y arriver. Alors allez-y doucement, ménagez-vous. Ainsi, vous serez agréablement surpris d’avoir réussi à atteindre vos objectifs, et non plus frustré de ne pas y arriver.
  • Fixez-vous une limite de temps avant de commencer. Par exemple: «Je vais résumer le chapitre 2 en 45 minutes». Voici une autre manière de vous fixer un objectif. Votre inconscient va ainsi commencer à travailler sur la réalisation de la tâche dans le temps prévu. N’hésitez pas à utiliser un chronomètre pour déterminer une plage de travail de 20 minutes, une pause de 5 minutes, et une nouvelle plage de travail de 20 minutes.

4) Reposez vos neurones

ameliorer-sa-concentration-prendre-des-pauses-the

  • Rappelez-vous que la mémorisation est favorisée lorsqu’on étudie pendant de courtes périodes, puis qu’on révise ce qu’on a appris, plutôt que d’étudier pendant de longues périodes sans prendre le temps de réviser ou de faire des pauses. C’est aussi bien plus facile de se concentrer pendant de courtes périodes entrecoupées de pauses plutôt que pendant des heures sans interruption. C’est bien pour ça que les profs insistent pour que les étudiants aillent en cours et révisent tout au long de l’année ; j’avoue ne pas l’avoir toujours fait, mais j’aurais du ! Comme lorsque vous faites de l’exercice, privilégiez des sessions courtes mais régulières par rapport à de longues sessions d’apprentissage ici et là : pour la mémorisation comme la concentration, la répétitivité est essentielle.
  • N’oubliez pas que votre cerveau fonctionne à la manière d’un muscle que vous pouvez développer. Mais, comme les muscles de votre corps, ménagez-le ! Vous viendrait-il à l’idée de faire des pompes pendant 4 heures (ou même 3, ou 2) sans interruption, et sans vous arrêter pour boire un peu d’eau ? J’espère que non ! Alors prenez des pauses pour ménager votre cerveau, sans quoi vous risquez de sentir votre tête prête à exploser, et la migraine pointer le bout de son nez… Sans compter que vous n’aurez plus envie de travailler pour un bon moment.
  • Enfin, c’est pendant les pauses que votre cerveau « décante » les informations que vous venez d’absorber. Il est donc essentiel d’instaurer des pauses régulières lorsque vous travaillez ou révisez. « Votre cerveau travaille pour vous lorsque vous vous reposez », affirme Lila Davachi, co-auteure d’une étude américaine menée en 2010 qui met en évidence le rôle des pauses dans la mémorisation à long terme.

5) Variez les méthodes

concentration-travail-pause-timer

  • Pour rester concentré, il est important d’être intéressé et impliqué. Alors, à vous de choisir la méthode qui vous correspond le mieux : vous pouvez apprendre en lisant, en récitant, en faisant des exercices ou en utilisant des mind maps. Les mind maps sont une méthode créative et plutôt libre pour apprendre et mémoriser, et, du fait de leur structure, elles facilitent la concentration. Pour en savoir plus sur les bénéfices et la marche à suivre, vous pouvez lire notre article ici.
  • Une autre technique à adopter pour rester concentrer est celle inventée par Francesco Cirillo dans les années 1980, et couramment appelée « technique Pomodoro ». Elle consiste à utiliser un minuteur pour aménager des plages de travail de 25 minutes, entrecoupées de pauses de 5 minutes. Après trois ou quatre séances de travail de 25 minutes, vous pouvez vous accorder une pause plus longue, d’une quinzaine de minutes. La technique doit son nom au minuteur en forme de tomate (pomodoro en italien) que Cirillo utilisait à l’université. Cette méthode, popularisée au cours des dernières années, repose sur l’idée que de courtes sessions de travail favorisent la mémorisation et la souplesse mentale.

6) Et si vous n’arrivez pas encore à vous concentrer ?

  • Si vous remarquez que votre esprit se déconnecte, n’hésitez pas à changer de méthode de travail. Vous trouverez alors celle qui est la plus adaptée à vos besoins personnels ainsi qu’à votre situation. Votre méthode de travail peut être différente selon vos objectifs : écriture d’un mémoire ou d’un rapport de stage, exercices de maths, traduction, apprentissage, révision…
  • Enfin, si vous avez du mal à vous recentrer, passez à un autre sujet ou prenez une pause. Inutile de trop vous forcer, cela risquerait d’être contre productif. Plutôt que de jeter un œil à Facebook, pourquoi ne pas prendre une pause « active » ? Faites un peu d’exercice, de la cuisine, du ménage, de la guitare ou du dessin… Bref, une activité qui va occuper votre cerveau et vous rafraîchir l’esprit et le corps. Cela vous permettra de reprendre votre travail sans vous sentir « étouffé ». Si vous commencez à vous sentir frustré, n’attendez pas, arrêtez-vous. En ce qui me concerne, j’aime faire une pause détente et créative en faisant une tasse de thé et en jouant un air de guitare. Faites-vous plaisir pendant votre pause, elle n’en sera que plus bénéfique.

Le secret ultime pour mieux se concentrer et mieux retenir

[sociallocker]

La plupart du temps, comment apprenez-vous ? Dans des livres, des manuels, des notes ou bien des présentation, des vidéos, des podcasts ? Si c’est le cas, vous apprenez avec des méthodes archaïques ! Peu performantes. Pourquoi ? Parce que vous apprenez de manière passive, ce qui ne favorise ni votre concentration ni votre mémorisation. Mais ce n’est pas uniquement de votre faute, le système scolaire vous a habitué à cette méthode d’apprentissage. Il existe d’autres méthodes beaucoup plus efficaces. Les étudiants qui réussissent sont ceux qui mettent en pratique ce qu’ils ont appris, leur permettant d’ancrer ces connaissances dans leur réalité. C’est ce qu’on appelle « apprendre activement ». En apprenant activement vous allez étudier plus vite et retenir mieux. En pratique, qu’est-ce que ça donne ?

  • Expliquez ce que vous avez appris à vos amis ou à vos parents

Choisissez juste quelqu’un de votre entourage que le sujet ou la matière intéresse. Expliquez lui ce que vous connaissez du sujet. Demandez-lui de vous poser des questions. De partager avec vous ce qu’il sait. Vous pouvez faire ça avec tous les cours; histoire, géographie, math,… L’avantage de cette pratique c’est que vous allez avoir l’opportunité de trouver un mentor avec qui partager des connaissances. De nombreuses personnes dans votre entourage peuvent être passionnés par un sujet de vos cours, pensez d’abord aux amis, grand-parents, professionnels… faites une liste de personnes en fonction de vos matières. C’est comme avoir un prof particulier mais gratuit!

  • Reformulez ce que vous avez étudié en utilisant vos propres mots

C’est la méthode la plus simple à mettre en pratique. Vous pouvez simplement reformuler le cours en quelques phrases en vous demandant comment vous l’expliqueriez à votre grand-mère pour lui faire comprendre ce que vous venez d’apprendre. C’est une manière efficace de voir si vous avez compris le contenu du cours ou si avez des lacunes.

  • Liez vos nouvelles connaissances à ce que vous savez déjà.

Un des meilleurs conseils que je peux donner ici st de vous faire une carte conceptuelle ou heuristique (mindmap) par cours. Ca vous permet de mémoriser vos cours d’une manière assez différente et plus agréable. Si vous ne savez pas comment faire, regardez ici, je vous explique comment réaliser une mindmap

  • Appliquez ce que vous avez appris à la vie de tous les jours (pas évident dans tous les cas !)

Essayez d’abord de voir quelles sont les applications concrètes que vous pouvez en tirer du cours.  Vous pouvez demander directement au prof pour connaitre les applications concrètes dans la vie de tous les jours ou les compétences qui vous aideront plus tard dans votre futur métier. Si vous manquez encore d’idées, vous pouvez faire un tour sur Wikipedia pour trouver les applications de la matière. Vous devez pouvoir dire clairement quel sens ça à pour vous d’étudier ce cours. Et de préférence avoir une autre raison que simplement réussir pour passer l’année. Concrètement, est-ce que vous aurez développé une compétence particulière qui vous servira en dehors de l’école ? Si oui laquelle ?

[/sociallocker]

 

J’espère que ces conseils pourront vous aider à améliorer vos techniques de travail, votre concentration, et, sur le long terme, votre capacité à mémoriser l’information. Si vous avez encore des questions, posez-les dans les commentaires ci-dessous 😉

Vous avez aimez cet article ?

Vous pouvez télécharger gratuitement "Mémorisation Facile" dans le quel j'explique comment vous pouvez faire pour diminuer votre temps d'étude tout en améliorant vos notes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *