9 clés de réussite pour ne plus rater aucun examen

Vous avez raté votre examen et vous n’avez plus confiance en vous ? Ressaisissez-vous et dites-vous que c’est le manque d’organisation qui est à la source de cet échec. Avouons-le. Nous avons tous vécu un échec à un moment ou un autre. Même Einstein a été considéré comme un cancre au début de ses études. En effet, personne ne nait bête ou intelligent. Tout est question de travail, de méthode et de volonté. Voici les causes fréquentes de l’échec scolaire et les solutions pour réussir vos prochains examens.

Il existe 9 raisons principales qui vous empêchent de réussir vos examens – je vous donne les solutions

1. Le prof a mal expliqué

Souvent c’est la méthode d’étude de l’élève qui cause l’échec. Mais pas toujours ! Parfois c’est la méthode d’enseignement qui était mauvaise. En effet, certains profs manquent parfois de pédagogie ou font parfois preuve de négligence. Ils sautent l’explication de certains chapitres de leçons. Ou bien alors, ils ne donnent pas assez d’exemples et d’exercices.

Comment y remédier ?

Au cas où votre prof agit ainsi, n’ayez pas peur de lui demander des explications supplémentaires. Bien entendu, il faut du courage pour dire à un prof qu’on a pas compris mais le jeu en vaut la chandelle. C’est votre réussite qui en dépend.

2. Vous avez trop étudié avec vos amis

J’ai observé un phénomène courant en période de révision chez les étudiants. En effet, beaucoup pensent qu’étudier à plusieurs est le seul moyen de bien réviser. Certes, réviser en groupe a des avantages comme optimiser votre concentration. Car certains étudiants ne parviennent pas à se concentrer quand ils révisent seuls.

Comment y remédier ?

Mais vous devez aussi apprendre à être autonome. Çà vous rendra plus efficace. Il ne faut pas que le travail en groupe devienne une nécessité, car il n’apporte pas que des avantages. En effet, en travaillant en groupe, on a tendance à laisser la parole aux autres et donc on réfléchit moins. Lorsque les solutions sont trouvées, on croit comprendre le processus, mais c’est rarement le cas. Notez que dans une telle situation, c’est la personne qui est la plus impliquée qui comprend le mieux le déroulement. Les autres se rendent compte qu’ils n’ont rien compris à l’examen et c’est l’échec total. Bref, évitez de faire des exercices d’application en groupe.

3. Vous avez négligé les examens blancs

Certains étudiants n’accordent aucune importance aux examens blancs. C’est une erreur. Etant prof à l’université, je suis bien placé pour savoir que de nombreux profs ne changent pas beaucoup leurs examens d’année en année. Ils reprennent parfois d’anciennes versions qu’ils mettent à disposition des étudiants pour les aider à préparer leur examen. Si votre prof ne vous en donne pas, demandez-lui.

Comment y remédier ?

Les examens blancs vous permettent d’évaluer vos connaissances et de repérer ce qu’il faut améliorer. En procédant ainsi, vous pouvez être sûr que vous serez prêt à 80% pour les examens officiels. Pour mettre tous les atouts de votre côté, n’oubliez pas les révisions intensives un ou deux mois avant les examens. À une semaine du début des épreuves, laissez de côté tout ce qui est cahier et livre. Prenez du repos et faites une petite séance de méditation tous les jours. Votre cerveau sera fin prêt pour les efforts intellectuels qui vous attendent.

4. Vous avez sous-estimé les leçons qui semblaient faciles

La réaction d’un étudiant face à une leçon qui semble facile est souvent la même : ne l’apprendre qu’à l’approche des examens. Car ils pensent qu’une seule lecture suffit. Si vous avez cette manie, dites-vous que c’est l’une des causes de votre échec aux examens. Selon les chercheurs en psychologie, ce sont les choses qui semblent faciles qui s’oublient rapidement.

Comment y remédier ?

Si vous vous donnez la peine d’étudier une leçon en enchaînant les lectures répétées, vous ne risquez pas de l’oublier à l’examen. Parce que l’effort fourni vous aidera à vous rappeler. Ce n’est pas le cas pour une leçon que vous n’avez lue qu’une fois. Même si vous pensiez avoir tout retenu, le risque d’oubli est élevé pendant les examens et vous serez en proie au stress.

5. Vous n’avez pas réussi à vous motiver pour étudier

La procrastination est le problème de nombreux étudiants. Si nous étudions ce problème à la lumière de la théorie évolutionniste, nous comprenons mieux ce qui nous fait procrastiner.

Concrètement, nous repoussons l’étude à la dernière minute car d’abord nous savons que le travail sera difficile et demandera beaucoup d’énergie mentale. Ensuite nous ne ressentons le risque d’une humiliation publique (causée par l’échec de l’examen) seulement quelques jours avant de le présenter.

Comment y remédier ?

La solution est de planifier votre temps. Je prends un exemple : vous devez courir le 100m ou bien faire un marathon. Quelle épreuve vous semble la plus facile et la plus motivante ? Sans doute le 100m. Parce que vous savez quand vous aurez terminé. Alors que pour le marathon, vous imaginez que vous aurez un long parcours ou vous devrez gérer vos efforts pour le terminer.

En subdivisant, ce que vous devez étudier en petites étapes. Vous aurez beaucoup moins de risques de procrastiner. Chaque étape franchie, renforce votre motivation parce que vous voyiez que vous avancez. Si ce n’est pas suffisant, accordez-vous une petite récompense à la fin de chaque partie importante apprise. En planifiant votre temps d’étude, vous devenez réellement plus productif et concentré. Dans cet article, je donne 3 autres méthodes, la dernière est d’une redoutable efficacité.

6. Vous avez négligé votre sommeil

Savoir gérer son temps de repos et de sommeil est indispensable lorsqu’on étudie ses examens ! De nombreuses études scientifiques ont clairement montré le rôle du sommeil dans les compétences cognitives. Ainsi la plupart des gens (+/- 95%) ont besoin d’au moins 8  heures de sommeil pour être au top. Les capacités de réflexion et de concentration sont mêmes considérablement réduites par le manque de sommeil.

Je sais, nous aimerions faire autre chose qu’aller au lit après une journée entière passée à étudier. Pourtant si vous n’allez pas dormir, le lendemain la fatigue vous fera procrastiner et vous devrez travailler plus longtemps. Vous devez briser ce cercle vicieux.

Comment y remédier ?

N’abusez pas d’excitant comme la caféine. Réglez une alarme. Mais pas pour vous lever le matin. Régler votre alarme 45 minutes avant l’heure à laquelle vous devriez dormir pour être certain d’avoir vos 8 heures de récupération. Si vous appliquez ce principe vous serez surpris du temps libre que vous allez récupérer en dehors de votre temps d’étude.

Donc : + de sommeil + de temps d’études + de pauses = réussite et motivation

7. Vous avez été trop passif dans votre apprentissage

Vous pensez peut-être que vous faites le boulot en écoutant attentivement, en copiant page après page les notes du professeur. Mais il y a une grande différence entre penser que vous avez compris quelque chose et être capable de le reproduire pendant un test. C’est ce que les experts appellent l’apprentissage passif. Et c’est la meilleure façon de passer beaucoup de temps et d’efforts à essayer d’apprendre un cours.

Comment y remédier ?

La solution est assez simple encore une fois. Testez vos connaissances dès que possible. Ne vous laissez pas convaincre par les explications trop logiques de votre professeur. Ce mec là connait déjà la leçon. Si vous n’êtes pas sûr de comprendre quelques chose, essayez de le réexpliquer dans vos propres mots. Comme Einstein le disait : « Si vous ne pouvez pas l’expliquer simplement, vous ne le comprenez pas assez bien ». Pour ceux qui veulent aller plus loin, j’ai écrit un article très complet pour vous aider à retenir 90% de tout ce que vous apprenez.

8. Votre temps d’étude était mal réparti

Vous savez quoi ? 7 heures d’étude réparties sur 7 jours sont beaucoup plus efficaces pour comprendre un nouveau cours que 7 heures d’étude sur une seule journée. La répétition espacée est l’un des principes d’apprentissage les plus utiles. En particulier pour les cours techniques qui comportent beaucoup de nouveaux concepts ou vocabulaires.

Le cerveau consomme énormément d’énergie. Même s’il ne représente que 2 à 3% du poids du corps, il est responsable de 15 à 20% de la dépense énergétique. Le traitement de l’information est ce qui consomme le plus d’énergie au niveau cérébral. Afin de maximiser votre rétention d’information, il faudra veiller à équilibrer l’apprentissage actif et le temps de récupération.

Comment y remédier ?

Le cerveau consolide les nouvelles connexions neuronales pendant que vous dormez. En particulier pendant le sommeil paradoxal. Plus il y a des cycles de sommeil entre vos séances d’étude, plus vous conserverez les nouvelles informations.

Au lieu de devoir constamment réviser votre cours pour le garder « au frais » dans votre mémoire, vous pouvez espacer les séances de révision entre les sessions d’examen (selon le principe de la «courbe de l’oubli»), ce qui diminue le temps total nécessaire pour revoir l’information que vous auriez peut-être oublié depuis le début de l’année.

9. Vous avez surestimé le temps disponible

Il y a une loi (Kahneman & Tversky,1979) qui dit que nous avons tendance à surestimer le temps nécessaire pour faire quelque chose à court terme et à sous-estimer le temps dont nous avons besoin pour réaliser une tâche à long terme. Par exemple « écrire cet email à mon fournisseur d’énergie me prendra 15 minutes (alors qu’il n’en faudra que 8). Ou bien, « il me faudra 7 mois pour écrire mon premier roman (alors qu’il en faudrait le double). Cette loi est bien sûr présente aussi lorsqu’il s’agit d’étudier.

Comment y remédier ?

Utilisez la règle des 50%. Estimez aussi précisément que possible, combien de temps il vous faudra pour étudier votre examen, en supposant que vous commenciez tôt et que vous ayez réalisé votre planning. C’est fait? D’accord. Maintenant ajoutez 50% à cette estimation. Cela vous donnera une image plus précise de combien de temps vous aurez vraiment besoin pour apprendre et réussir vos examens.

4 questions ultimes à vous poser pour réussir enfin !

 

Si vous vous intéressez à la vie des gens qui réussissent, vous constaterez qu’avant de connaitre le succès, ils ont tous connu de nombreux échecs. Au fur et à mesure que nous avançon dans la vie, nous faisons face à des échecs de toute sorte. Que ce soit dans nos relations, nos études, notre carrière. Que vous soyez étudiant ou non, vous posez les bonnes questions est indispensable pour éviter que l’échec se représente à nouveau.

Comment j’ai dompté le stress des études supérieures en 6 étapes

Après une licence, un master et une deuxième licence par correspondance, les études sont maintenant derrière moi. Mais la réussite et l’obtention de ces diplômes n’a pas été sans stress : aller en cours, lire les livres recommandés par les professeurs, réviser pour les examens, faire de nouvelles rencontres lors des soirées étudiantes, chercher un stage, trouver un petit boulot pour arrondir ses fins de mois, apprendre à trouver un équilibre entre travail, étude et vie sociale… Mes journées ont souvent été très chargées et le stress des études a failli me submerger plus d’une fois.

stress-etudiant

Et je suis ne suis pas la seule. En 2015, près de 40% des étudiants en France affirmaient avoir du mal à gérer le stress.[1] Heureusement, il existe quelques astuces simples pour contrer le stress au quotidien afin d’éviter qu’il ne s’installe et prenne le dessus.

1) S’accorder une bonne nuit de sommeil

etudiant-sommeil

Comme beaucoup d’étudiants, j’ai longtemps sous-estimé les bénéfices d’une bonne nuit de sommeil. Il s’agit pourtant d’une composante essentielle d’une vie équilibrée. Une bonne nuit de sommeil ne sert pas qu’à se reposer, elle offre de multiples bienfaits, dont la réduction des risques de dépression et de surpoids, et facilite la mémorisation et l’apprentissage. Bien dormir permet également de mieux gérer le stress.

Tomber dans les bras de Morphée n’a jamais été difficile pour moi (c’est plutôt le réveil qui est problématique dans mon cas !), mais si vous avez des difficultés à trouver le sommeil, sachez que se lever et se coucher à heures fixes aide à réguler le sommeil, alors que la lumière bleue des écrans (téléphone portable, ordinateur, télévision), qui favorise l’éveil, est déconseillée avant le coucher. Préférez une activité relaxante comme la lecture, un bain chaud ou une tisane.

2) Pratiquer une activité en dehors des cours

guitare-etudiant

Pratiquer une activité physique ou créative en dehors des cours permet de relâcher la pression. Même dans des moments d’angoisse où je me sentais submergée par la charge de travail, savoir prendre une heure pour faire autre chose m’a permis de relativiser et de déstresser, pour me rendre plus productive par la suite.

Pratiquer une activité sportive permet de réduire le stress et l’anxiété, de lutter contre la dépression et d’augmenter la confiance en soi. Sans compter les bénéfices pour votre silhouette ! L’activité sportive, pratiquée sans excès, facilite l’endormissement et offre un sommeil réparateur.

Pour ma part, je ne suis pas une grande sportive, mais lorsque j’ai commencé à apprendre à jouer de la guitare, j’ai vite réalisé que cette activité présentait de nombreux atouts. Se concentrer sur autre chose que les études permet de remettre de l’ordre dans ses idées. Faire de courtes pauses pour jouer un air de guitare pendant mes révisions a vraiment été bénéfique : ça m’a permis de me détendre, mais aussi d’apprendre plus rapidement et plus efficacement (en évitant le bourrage de crâne). Je sentais (presque littéralement) le savoir se consolider pendant que je me concentrais sur l’apprentissage de nouveaux accords. Apprendre à jouer d’un instrument développe aussi l’estime de soi : quelle joie de se voir progresser ! Idem pour le dessin, la couture, le jardinage… Nombreuses sont les activités que vous pouvez démarrer pour développer vos capacités intellectuelles ou physiques tout en vous relaxant.

3) Avoir une vie sociale épanouie

vie-sociale-etudiant

Être étudiant comprend son lot de galères, et pouvoir en parler permet de relâcher la pression. Mes années d’études auraient été bien plus stressantes si je n’avais pas pu me tourner vers des camarades de classes (devenus des amis) pour en rire, sortir, danser, chanter (et glisser des mots rigolos dans nos présentations).

Être entouré de personnes sur lesquelles vous pouvez compter et à qui vous pouvez parler est essentiel pour la santé mentale, alors n’oubliez pas de ménager un peu de temps pour votre vie sociale et pour retrouver vos amis et votre famille. Passer du temps avec ses proches est une bonne manière d’évacuer le stress et, parfois, de mettre ses problèmes en perspective. Vos camarades de classe font face aux mêmes problèmes que vous, allez n’ayez pas peur de vous confier à eux.

4) Savoir gérer ses finances

argent-finance-etudiant

Devoir tout gérer de front est difficile pour les étudiants, surtout pour ceux qui doivent n’ont pas le luxe d’habiter chez leurs parents. La pression financière m’a souvent pesé, mais apprendre à gérer mon budget a permis de diminuer cette pression et les moments d’angoisse à la fin du mois. Pour ne pas vous retrouver en panique, apprenez à établir un budget en fonction de vos rentrées et sorties d’argent. Soyez réaliste, n’essayez pas de vous serrez la ceinture plus que possible.

De mon côté, j’aime utiliser un simple carnet où je fais figurer mes rentrées et sorties d’argent, mais il existe une multitude d’applications mobiles pour vous permettre de gérer vos finances à tout moment depuis votre téléphone, comme Budgea, Visual Budget ou Wallet.

Toujours à cours d’argent à la fin du mois ? Retrouvez nos astuces dans l’article Comment arrondir ses fins de mois quand on est étudiant ? 7 idées originales

5) Organiser son travail

sorganiser-etudiant

Même si je suis une personne organisée, l’un de mes plus grands obstacles pendant mes études était sans conteste ma tendance à la procrastination, vous savez, cette tendance à toujours repousser les choses au lendemain et à attendre le dernier moment pour se mettre au travail. C’est comme ça que je me suis plusieurs fois retrouvée submergée par le volume de travail. Pour ne pas vous retrouver dans cette situation, n’oubliez pas de prévoir suffisamment de temps pour faire vos devoirs et pour réviser avant les examens. Si, comme moi, vous avez tendance à tout repousser au lendemain ou que vous avez de la peine à vous concentrer, il existe une multitude de techniques pour vous aider.

L’une de mes méthodes préférées est la technique Pomodoro, développée par l’italien Francesco Cirillo, inspiré par son minuteur en forme de tomates (« pomodoro » en italien), qui consiste à travailler à une tâche pendant 25 minutes puis à s’accorder une pause de 5 minutes, et une pause plus longue (15 à 20 minutes) toutes les 2 heures.

J’aime aussi faire des listes, noter mes activités sur des post-it collés sur un mur ou un tableau blanc, utiliser Google calendar ou un logiciel de productivité en ligne comme Trello… À vous de tester plusieurs méthodes avant de trouver celle qui vous convient.

6) Adopter une alimentation saine et équilibrée

alimentation-etudiant

Ça, c’est mon cheval de bataille. Comment peut-on espérer fonctionner au maximum de ses capacités sans une alimentation équilibrée qui apporte les nutriments nécessaires à son corps ? C’est une question que je me suis souvent posée face au choix proposé par la cafeteria de la fac… C’est prouvé, la malbouffe, en plus de causer des problèmes de poids, augmente les risques de dépression.

Pour varier mon alimentation et manger autre chose que des paninis et des muffins, je me suis efforcée d’apporter ma propre nourriture, et j’ai fait de mon mieux pour limiter les aliments industriels remplis de gras, de sels et de sucres et faibles en apports nutritionnels. Préférez les produits non transformés, frais, en conserve ou surgelés, et une alimentation variée, et évitez de consommer trop d’excitants comme le thé ou le café. Certains aliments apportent des nutriments essentiels pour lutter contre le stress et l’anxiété comme les pates complètes et le pain complet, riches en magnésium. Les amandes, riches en fer et en acides gras, aident à lutter contre la fatigue cérébrale, tandis que les pro biotiques contenus dans les yaourts permettent de limiter les troubles anxieux et contribuent à réguler le système digestif.

Le stress m’a guettée à plusieurs reprises pendant mes longues années d’études, mais grâce à ces quelques astuces, j’ai réussi à le dompter. Le plus important ? Rester à l’écoute de son corps et de ses émotions. Si vous êtes sujet au stress et que vous avez de la peine à en venir à bout malgré ces conseils, n’hésitez pas à contacter un professionnel si vous avez besoin d’aide.

Si vous avez d’autres astuces pour gérer son stress, partagez-les dans les commentaires Clignement d'œil

Claire

[1] http://www.emevia.com/sites/default/files/files/DP%20Enquete%20sant%C3%A9%202015_bien-%C3%AAtre%20et%20sommeil.pdf

Les 16 secrets des étudiants malins pour réussir son année

malin

Et si je faisais le pari avec vous, de vous aider à devenir un meilleur étudiant ? Le genre d’étudiant qui semble survoler la matière. Qui rend sa copie avant les autres et qui obtiendra la meilleure note. Ça vous tente ?

Peut-être que vous êtes dubitatif, que vous pensez que l’intelligence est innée. Et pourtant quand on regarde ce genre d’étudiant, on ne se doute pas toujours qu’ils utilisent d’abord tout un éventail de bonnes habitudes pour réussir à avoir les meilleures notes.

Voici les 16 secrets des meilleurs étudiants que vous pouvez utiliser comme conseils pour booster vos notes:

1. Ils se sentent responsables de leur formation

étudier seul

Les étudiants malins comprennent qu’ils sont vraiment responsables de leur propre éducation. Donc, n’attendez pas de recevoir la bouillie prémâchée de votre prof ou de faire vos devoirs. Malgré les meilleures intentions de votre école, vos profs ne seront jamais aussi efficaces à vous former que vous-même lorsque vous prendrez en mains votre formation. C’est la raison pour laquelle j’ai plus appris l’anglais en partant moi-même vivre dans un pays anglophone qu’en 8 ans d’étude de la langue de Shakespeare à l’école

2. Ils n’attendent pas la motivation pour travailler

Comme disait un de mes profs dans un cours de « motivation à apprendre » ; « l’action est engageante » et donc, vous mettre à travailler va nourrir votre motivation. Performer pendant les études demande un niveau minimum de la persévérance et de régularité. Quand vous êtes démotivé commencez par faire une activité simple comme relire vos notes ou les classer.

3. Ils ne se plaignent pas

Se plaindre ne fait pas partie des habitudes de l’étudiant malin. Si quelque chose vous ennuie, vous pouvez le modifier ou l’ignorer, mais ne perdez pas votre temps ou votre énergie à en  parler. Vous avez un professeur casse ******* changez de cours ou bien concentrez-vous sur votre manière d’apprendre. Le manuel est chiant ? Trouver des ressources alternatives ; d’autres bouquins ou des ressources en ligne via des moodles, You Tube ou Google.

4. Ils apprennent en faisant

Les meilleurs étudiants savent qu’il y a une grande différence entre les connaissances théoriques et pouvoir les appliquer. Tout sujet technique ne peut vraiment être appris que par la pratique. Tout comme l’apprentissage d’une nouvelle langue, maitriser les mathématiques nécessite la pratique régulière des formules et des règles.

5. Ils n’étudient pas (que) le manuel

etudier manuel

Etudier le manuel peut prendre des centaines d’heures et souvent certaines parties ne sont pas évaluées dans l’examen. Les meilleurs élèves préfèrent trouver des exemples ou des problèmes pratiques, faire des recherches sur Google, utiliser leurs notes de cours ou les anciens examens pour apprendre la nouvelle matière.

6. Google est leur prof particulier

Vous disposez aujourd’hui d’un outil de recherche puissant pour avoir rapidement des infos sur un nouveau concept. L’étudiant malin le sait et  utilise Google de manière automatique. Ne vous contentez pas juste de votre prof et de quelques exemples sur le tableau.

7. Ils se testent régulièrement

Mettez une remarque dès que vous ne comprenez pas quelque chose, posez une question, demandez une info complémentaire, cherchez la réponse sur Google. Vous devez vous mettre en alerte si quelque chose ne vous semble pas clair. Demandez à vos amis de vous poser des questions sur la matière. Vous évaluez régulièrement vous indiquera immédiatement si vous maitrisez assez le cours ou pas.

8. Ils étudient moins longtemps

déstresser

Rien de plus fatiguant et démotivant que de devoir étudier de longues heures des dizaines de pages. Faites plutôt comme les meilleurs étudiants qui étudient moins longtemps mais plus régulièrement. Cette technique vous permet de rester plus concentré et motivé mais aussi favorise la mémoire à long terme.

9. Ils déconstruisent les problèmes

Si vous abordez le problème comme le prof vous l’a montré, il se peut que vous pensiez que vous l’avez compris parce que ça vous parait logique. Les étudiants malins déconstruisent le problème en l’abordant par la fin. Comment obtient-on cette valeur ? Pourquoi utilise-t-on cette expression ?,…

En suivant cette démarche, vous pouvez comprendre les liens d’un concept et comment l’appliquer directement. C’est la clé pour obtenir de bons résultats aux examens et  sur les problèmes que vous n’avez pas vu auparavant.

10. Ils n’abusent pas du surligneur

Surligner n’aide pas à réussir. Tout au plus, vous pouvez surligner les mots clés pour reformuler ensuite une partie de votre cours sous forme de résumé avec vos propres mots. Si vous abusez du surligneur, il peut même vous faire mélanger certaines parties de vos cours. Comme on dit en anglais « less is more »

11. Ils se reposent

Les étudiants malins alternent de manière équilibrée les périodes de travail avec les périodes de repos (8-9 heures par nuit). Pourquoi ? Parce qu’ils savent que le cerveau crée de nouvelles connexions pour favoriser les nouveaux apprentissages. Eviter donc les longues soirées devant les écrans, ça vous fatigue et ça dégrade la qualité de votre sommeil. De plus en plus d’études scientifiques le démontrent.

12. Ils retirent le meilleur du cours

écouter cours

Ok, vous devez suivre un cours avec un prof barbant, la matière vous semble indigeste et vous n’attendez qu’une chose, que le cours se termine. Pour ça aussi, les étudiants malins peuvent vous aider.

Les meilleurs élèves essayent de rentabiliser au mieux leur temps, puisque vous devez assister au cours, autant poser des questions, parcourir le manuel et regarder les points plus compliqués pour les éclaircir. Notez tout ce que le prof va dire, surtout s’il insiste sur un point qui pourrait se retrouver dans l’examen. Au plus vous serez actif pendant le cours au moins vous devrez passer de temps à étudier avant l’examen.

13. Ils apprennent plus que ce qui est demandé

Ok, vous avez déjà beaucoup à faire avec votre travail d’étudiants, vos hobbies et votre copain(e) et je vous dis d’étudier plus ! Non, je ne suis pas fou, il y a un gros avantage à en savoir plus que les autres.

C’est ce que font les meilleurs étudiants. Et paradoxalement, ils étudient au final moins que les autres. Comment est-ce possible ? Parce que quand vous en savez plus sur un sujet, vous faites plus de connexions, vous voyez les choses dans leur ensemble, vous devenez un expert, c’est plus motivant et vous avez donc une connaissance générale beaucoup plus solide.

Par exemple, si  vous devez apprendre les dates de la 2ème guerre mondiale, que vous étudiez encore et encore,…c’est juste c****t et vous oubliez tout rapidement. Par contre, si vous vous intéressez aux acteurs principaux de la guerre,  leurs décisions importantes, leurs rôles, leurs alliés, vous commencez à apprendre l’envers du décor, à voir des liens et comprendre chaque évènement, comment celui-ci a entrainé celui-là. Maintenant, vous avez une histoire en tête. Et les études montrent qu’on mémorise mieux à partir des histoires.

14. Ils étudient dans les conditions d’évaluation

L’autre jour, j’entendais un coach de sport réputé dire à la TV : « on joue, comme on s’entraine, si tu t’entraines trop facilement, ton match sera plus difficile ». C’est la raison pour laquelle les étudiants malins se préparent aux examens sous la pression du temps et dans des conditions similaires (pas de notes, cherchent des questions à se poser, etc.).

15. Ils utilisent les anciens examens

En tant que prof, je sais que les profs ne sont pas toujours très créatifs quand il s’agit de formuler de nouvelles questions d’examens. Donc les cours comme les examens sont assez similaires d’année en année. Ainsi, les anciens examens sont une voie royale pour évaluer quel est votre niveau de connaissance et quels sont les questions que vous devez réviser.

16. Ils apprennent de leurs erreurs d’examen

Les étudiants malins cherchent toujours à comprendre d’où viennent leurs erreurs. Les autres ignorent leur copie si l’examen est raté ou bien le regarde avec l’espoir de trouver de quoi argumenter avec le prof pour récupérer un point ou deux. Prenez la bonne habitude de toujours prendre note de vos erreurs et de chercher à les comprendre.

Si vous avez d’autres « secrets » d’étudiant malin, dites-le moi en bas dans les commentaires 😉

Les 5 avantages à démarrer un business quand on est étudiant

étudiants entrepreneurs

Peut-être que l’idée de créer une entreprise vous est déjà venue. Devenir votre propre patron, prendre votre destin en main, choisir vos horaires, gagner un revenu à la mesure de vos efforts, décider de votre stratégie marketing,… D’autres préfèrent  un emploi stable et la sécurité de la fiche de paie à la fin de chaque mois. Tout dépend de ce qu’on veut dans la vie.

Il est tout à fait possible de démarrer son entreprise en étant encore aux études. En fait, je vous recommande d’essayer au moins une fois. Parce que ce sera toujours une expérience enrichissante qui vous aidera dans votre carrière d’employé ou d’entrepreneur.

Bill Gates et Mark Zuckerberg sont les exemples les plus connus qui prouvent qu’on peut créer son entreprise tout en étant étudiant. Mais il y a quelques semaines, je regardais une émission en Belgique dans laquelle un jeune étudiant en médecine venait de créer son entreprise de biscuiterie (macarons) et rencontrait déjà un succès phénoménal. Cet exemple prouve également que vous n’êtes pas obligé de créer votre entreprise dans le domaine de vos études. Par contre, je pense que c’est un avantage.

«J’ai littéralement programmé Facebook dans ma chambre  de dortoir et lancé le site de ma chambre de dortoir. J’ai loué un serveur pour 85 dollars par mois et je l’ai financé en mettant une annonce sur le site et depuis lors, nous l’avons toujours financé en mettant des annonces sur le site. »

Mark Zuckerberg

Regardons maintenant quels avantages vous pouvez avoir à commencer un business comme étudiant

1# Gagner plus d’argent en étant étudiant entrepreneur

On le sait quand on est étudiant, on n’a souvent pas beaucoup d’argent. Avoir un business à côté de vos études peut vous aider à gagner de l’argent rapidement. Bien sût, tout n’est pas toujours facile mais certains pays favorisent les étudiants qui veulent se lancer en leur donnant un statut spécial. Simplifiant les démarches administratives et fiscalement plus intéressant. C’est le cas en France avec le statut d’étudiant-entrepreneur.

2# Plus de motivation pour vos études

Si vous lancez votre business dans le domaine de vos études, ça va clairement booster votre motivation. Vous verrez l’application pratique de la théorie et vous aurez matière à discuter avec vos professeurs. Toutes les filières académiques peuvent déboucher sur une idée d’entreprise. Evidemment, certaines filières sont plus destinées que d’autres ; toutes les branches économiques, la gestion, la technologie,….

3# Plus de contrôle sur votre avenir

Soyons clair, si vous ne faites rien, vous êtes destiné à devenir employé ou pire chômeur pendant un « certain » moment. Devenir étudiant-entrepreneur vous rapportera au moins une expérience, comme dit plus haut, et dans le meilleur des cas, vous pourrez compter sur une source de revenu intarissable. Aucun patron ne pourra vous virer, vous déciderez vous même de votre salaire et du moment où vous pouvez vous offrir une promotion.

4# Expérience à ajouter à votre CV

Si votre entreprise réussit, ce sera votre plus belle carte de visite. Peu importe votre diplôme. Vous pourrez ajouter une solide expérience à votre CV. Et si vous passez un jour un entretien pour un job de salarié, vous vous distinguerez des autres candidats qui détiennent un MBA ou tout autre prestigieux diplôme. Personnellement, je préfèrerais embaucher un étudiant moyen qui a réussi à mettre sur pied un business viable plutôt qu’un théoricien sorti de la meilleure université.

5# Faites ce que vous aimez, soyez plus heureux

Selon moi un des derniers gros avantage à devenir étudiant entrepreneur est que vous aurez le choix. Le choix de travailler sur ce que vous aimez. Les pires moments que j’ai passé en étant employé est lorsque je devais mettre de l’énergie dans des projets qui ne me tenaient pas à cœur. En tant qu’entrepreneur, votre motivation est la clé, vous aurez le loisir de travailler sur ce que vous aimez. De fournir un produit ou un service qui vous passionne et un travail qui a un sens pour vous.

Comment faire pour devenir un étudiant entrepreneur ?

Si vous êtes décidé à devenir un étudiant entrepreneur, il vous faudra un plan clair et précis. Vous allez devoir passer par plusieurs étapes pour affiner ce plan et le réaliser.

Voici un aperçu en 7 étapes pour démarrer le lancement de votre boite. À première vue, ça semble facile, mais comme beaucoup d’entrepreneurs étudiants en attesteront, ça peut être compliqué par moment de concilier l’entrepreneuriat avec ses cours et ses examens.

  1. Trouver l’idée d’entreprise qui vous convient le mieux.
  2. Évaluer vos compétences, connaissances et les objectifs à atteindre
  3. Faire une étude de marché, connaître ce que veut votre profil de client
  4. Faire un business plan
  5. Cherchez des associés, des mentors, des partenaires, des clients
  6. Tester le produit/service
  7. Créer sa société

Le mot de la fin

J’espère que je n’ai pas dressé un tableau trop rose de l’entrepreneuriat. Je ne pense pas car j’en suis devenu un moi-même. Evidemment rien n’est simple et il faut surtout bien s’entouré. Faites le plus de rencontres possibles dans votre secteur d’activité. Même si vous décidez de ne pas vous lancer finalement vous aurez peut-être rencontré un futur employeur. Votre meilleur risque est de saisir cette opportunité quand vous êtes étudiant car à ce moment on a tout en main pour démarrer sa boite, vous avez le temps, la ressource la plus précieuse quand on veut démarrer un business. Et vous avez aussi le réseau de compétences à disposition au sein de votre Ecole ou université. Suivez les conseils de ceux qui ont créé leur entreprise et n’ayez pas peur !

«Dans un monde qui évolue très vite, la seule stratégie qui est vouée à l’échec de façon garantie est de ne pas prendre de risques. »

Mark Zuckerberg

Comment arrondir ses fins de mois quand on est étudiant ? 7 idées originales

gagner argent étudiant

Si vous êtes un étudiant, il y a des chances que vous manquiez d’argent. Je vois beaucoup d’étudiants faire des jobs peu intéressants et faire de nombreuses heures pour finalement pas grand-chose. Avoir un job à côté de ses études n’est pas quelque chose de facile mais parfois on est obligé. J’ai pensé à vous et je vous propose plusieurs pistes pour gagner un revenu suffisant tout en se ménageant du temps et en gagnant une expérience utile. Voici d’abord les plus connus et ensuite les idées les plus originales.

Les idées les plus connues

1# Coach scolaire

L’enseignement des langues et des mathématiques comme bien d’autres matière de collège ou à l’université  est un excellent moyen de faire un revenu complémentaire. Certains sont prêts à payer entre 20-100 € de l’heure pour des cours particuliers ou à distance. On peut facilement proposer des offres de cours particuliers sur internet ou dans des petites annonces postées dans les écoles ou les lieux de passages des étudiants. Si vous êtes un bon coach, le bouche à oreille sera la meilleures des publicités.

2# Baby-sitter

C’est un des jobs d’étudiant les plus connus : le baby-sitting. Mais il n’est pas seulement réservé aux ados. Souvenez-vous de l’émission super Nanny. De nombreux parents n’ont plus l’énergie après une longue journée de s’occuper de certaines tâches. Vous pouvez leur proposer de participer à l’aide aux devoirs en plus du baby-sitting traditionnel. Des études en psychologie ou pédagogie pourraient être un atout supplémentaire à votre candidature tout en vous offrant une expérience pratique utile.

3# Coach sportif

Les petits clubs ont parfois du mal à trouver des entraîneurs pour leurs équipes de jeunes. Si vous avez une certification ou les qualifications minimum requises vous pourriez gagner un revenu et développer en même temps vos compétences de communication, de pédagogie et de leadership. Voilà une belle expérience à mettre sur votre CV après le diplôme.

4# Prof de musique

Si vous avez la chance de maîtriser un instrument ou des techniques de chant, votre revenu complémentaire est tout trouvé. Aujourd’hui avec les émissions musicales de télé-réalité beaucoup de personnes ont envie de pratiquer la musique sous une forme ou une autre. Profitez-en pour monnayer vos talents !

5# Rédacteur

Les compétences de rédaction sont toujours appréciées de nos jours. Que ce soit dans la publicité, le journalisme, le blogging, … Vous pouvez regarder sur des sites comme UpWork ou Freelancer pour trouver de nombreuses offres d’emploi afin d’arrondir vos fins de mois.

6# Vendeur

Vous avez des talents de vente ou de négociation ? On apprécie votre sympathie ? La vente est sans doute un job qui vous ira comme un gant. Vous pouvez travailler dans un magasin en contact direct avec la clientèle. Les magasins de vente de vêtements engagent souvent des étudiants. Des sociétés de vente à domicile pourraient aussi être une alternative et vous permettre d’avoir un petit bonus de trésorerie.

7# Gardien

Là c’est un peu un job de rêve. Certains gardiennages ne demandent que de la surveillance passive. Vous pouvez dans certains cas en profiter pour lire ou travailler à d’autres choses. Le gain en temps est important et vous permet de gagner de l’argent. Tournez-vous vers les sociétés immobilières, la surveillance, les musées.

8# Jobiste à l’université

Certains étudiants ne le savent pas mais l’université propose régulièrement des jobs étudiants, surtout pendant l’été. Vous pourrez découvrir le milieu académique de l’intérieur et vous familiarisez avec certaines tâches. Les étudiants sont souvent demandés pour des travaux administratifs, de rédaction ou d’encodage.

9# Agent de call-center

Vous avez le sens de la communication et vous aimez rendre service et vous ne voulez pas d’un travail physique ? Travailler dans un call-center peut-être une bonne expérience pour apprendre la culture d’entreprise et le sens des responsabilités. Certains call-center payent très bien les étudiants.

10# Jardinier

C’est un des jobs étudiants les plus connus, il y a toujours de la demande pour tondre une pelouse, tailler une haie, nettoyer un jardin. Si vous faites vos études dans une filière agronome vous pourriez vous renseignez directement chez les professionnels ou dans les parcs. Le travail n’y manque pas.

Les idées plus originales

 

1# L’étudiant entrepreneur

Pourquoi ne pas créer votre propre business en étant étudiant ? Si vous faites des études en gestion, économie, finance ça pourrait être la voie royale. Vous pourriez même bénéficier de l’aide de vos professeurs pour démarrer votre business ! Rédaction du business plan, marketing, étude de marché,… En fonction de votre produit ou service vous pourriez déjà gagner de l’argent avant d’être diplômé tout en créant votre job.

2# Designer graphique

La demande en travaux graphiques est en évolution. Que ce soit pour créer des sites internet, des cartes de visites, des logos ou faire de la retouche photo, il y a du potentiel. Ce type de job offre plusieurs avantages ; vous êtes chez vous, vous développez des compétences appréciées sur le marché du travail et les revenus peuvent être importants.

3# Développeur web

Aujourd’hui toutes les entreprises veulent avoir leur site web ou une application. Ce secteur vous offrira de nombreux débouchés une fois votre diplôme en poche. Et d’ailleurs, si vous avez des compétences élevées et de l’expérience, vous n’aurez même pas besoin d’avoir un diplôme pour réussir à trouver du travail facilement.

4# Cueilleur de fruits à l’étranger

Ce n’est pas le job le plus agréable selon moi, c’est physique et pas spécialement enrichissant. Mais par contre cueillir les fraises au Danemark ou faire les vendanges en Suisse peut rapporter un revenu très confortable pour un étudiant. D’après les derniers chiffres, ça se situe autour de 3000 à 6000 euros mensuels. Pas mal ! Et ça peut être aussi l’occasion de découvrir un nouveau pays et une nouvelle langue.

5# Chauffeur de limousine

Ici aussi, ce n’est pas le job le plus intéressant mais si vous avez besoin de cash pour l’année à venir, être chauffeur peut-être une bonne option. Avec votre permis et un moyen de transport vous pourrez par exemple tirer profit d’Uber. Sinon, être chauffeur de limousine peut rapporter très gros, sans même compter les pourboires.

6# Glacier ambulant

Vous connaissez Jordan Belfort ? Si… « Le Loup de Wall Street ». Quand il était étudiant, il a acheté une glacière pour vendre des glaces dans les parcs pendant une canicule. A la fin de l’été il avait gagné plus de 20.000 dollars. Impressionnant ! Même si vous ne faites pas autant que lui, ce petit job pourrait arrondir confortablement vos fins de mois d’étudiant. Et pourquoi ne pas vendre des boissons chaudes quand le temps est plus frais ?

7# Guide touristique

Si vous habitez dans une grande ville ou à proximité d’une curiosité touristique vous avez là une opportunité pour proposer vos services de guide. De nombreux touristes souhaitent avoir les meilleurs plans pour éviter de perdre du temps. Ce que j’ai remarqué lors de mes voyages, c’est que les guides restent souvent très « scolaires » alors que vous pouvez proposer une approche plus originale de votre ville. En plus des pourboires, vous pourriez gagner de l’argent de manière agréable tout en faisant des rencontres.

Le mot de la fin

Il y a beaucoup d’idées originales pour travailler en tant qu’étudiant. Le plus important est de choisir le job qui vous passionne le plus et qui se rapproche le plus de vos études. Ainsi en plus d’un revenu vous pourrez gagner en expérience.

Avertissement : Renseignez-vous toujours bien sur la législation en vigueur dans votre pays concernant le travail étudiant et la procédure à suivre pour faire ce travail en toute légalité et sécurité. Ensuite, ne mettez jamais en péril la réussite de vos études en travaillant trop.

Si vous avez des idées à rajouter dites le moi en bas dans les commentaires 😉